Exposition personnelle de Farah Khelil à Appartement

© Joan Bracco

© Joan Bracco

© Joan Bracco

© Joan Bracco

Trulli
© Joan Bracco
Trulli
© Joan Bracco
Trulli
© Joan Bracco
Trulli
© Joan Bracco

Dernière séquence du cycle d’expositions Constellations éphémères conçu par la commissaire Sonia Recasens pour Nathalie Miltat à Appartement avec la “Solitude peuplée” de l’artiste tunisienne Farah Khelil. Diplômée de l’Institut des Beaux Arts de Tunis et Titulaire d’un doctorat en Art et Sciences de l’art (Panthéon Sorbonne) Farah Khelil vit et travaille à Paris.

Ses recherches et expérimentations autour des données de l’archive, des mots, du langage s’inscrivent dans la démarche de l’artiste archéologue. Ses œuvres protéiformes sont partie prenante de dispositifs d’interprétation du réel et du savoir. Les livres sont pour elle une source d’inspiration essentielle et l’emprunt à Camus du titre de l’exposition “la solitude peuplée” qui renvoie aussi chez certains philosophes à l’isolement du penseur peuplé de créatures, de souvenirs, d’obsessions, est révélateur, un peu comme la fameuse “tempête sous un crâne” de Victor Hugo. L’élégant et mystérieux carton d’invitation repris et agrandit sur l’un des murs du loft nous plonge d’entrée de jeu dans cette problématique liée à la synthèse des champs de la connaissance. Dans son récent travail “Point d’étape”elle créé des rapprochements formels à partir de marques pages de matériaux divers ou elle prélève des données pour les réinterpréter comme avec “Point de vue, point d’écoute”où les citations sont retranscrites en partitions musicales réalisées en braille puis jouées par un componium (orgue à cyclindre) que le public peut activer. Dans une sorte de nature morte centrale l’on remarque parmi les fragments de verres, jeux, objets du quotidien détournés, les couvertures des ouvrages de l’historien de l’art Ernst Gombrich, éminent professeur au Warburg Institute de Londres et dont les pages ont été arrachées.

L’œuvre réalisée spécialement pour l’exposition “Game” inspirée de sa lecture du roman de Herman Hesse “Le Jeu des perles de verre” se veut une transcription musicale de ce jeu asiatique millénaire, à partir du somptueux piano à queue et avec l’aide d’un mathématicien et pianiste. Selon Herman Hesse le jeu de go est la somme véritable de tous les champs de la connaissance.

Dans cet écrin à la fois espace de vie et espace d’exposition qu’est Appartement qui ne cesse de se métamorphoser, une fois avoir franchi cette fascinante cartographie, l’on se retrouve pris dans un jeu de piste avec un certain nombre d’énigmes à résoudre. Une démarche certes conceptuelle mais très séduisante.

INFOS PRATIQUES :
« Solitude peuplée »
Une exposition personnelle de Farah Khelil
 /!\ Derniers jours : Jusqu’au 24 juin 2017
Appartement
27 bis rue Jacques-Louvel Teissier
75010 Paris
http://appartement-27bis.com/saison-3/

Marie-Elisabeth de La Fresnaye

Après une formation en littérature et histoire de l'art, Marie de la Fresnaye intègre le marché de l'art à Drouot et se lance dans l'événementiel. En parallèle à plusieurs années en entrepri...

Voir le profil de l'auteur

Plus d'articles Art contemporain

A lire aussi

#PARIS Chez Thaddaeus Ropac rue Debelleyme, probablement l'une des expositions les plus inattendues de Paris, ou de n'importe où ailleurs, tout autant. Mais c'est ici qu' Oliver Beer, artiste britannique né en 1985,…
2 Mins.
#MONTREAL Jack Lazare est un homme d'affaires passionné par la photographie depuis près de vingt ans. Le Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) met en valeur une grande partie de sa collection, c’est…
#TOULON Initiée par le photographe Gérard Dubois, Take 5 – Street Photography est une exposition qui rend hommage à la photographie de rue. La rue, la ville, la vie citadine, avec ses artères et ses…