Théo Mercier. Des pièces rapportées au Musée de l’Homme

Galerie de l'Homme. Vue générale sur le R+1 et la mezzanine © Patrick Tourneboeuf / Tendance Floue

La possession du monde n'est pas ma priorité / Théo Mercier

Back to Basics and Gender Studies / Théo Mercier

Trulli
Galerie de l'Homme. Vue générale sur le R+1 et la mezzanine © Patrick Tourneboeuf / Tendance Floue
Trulli
La possession du monde n'est pas ma priorité / Théo Mercier
Trulli
Back to Basics and Gender Studies / Théo Mercier

Le Musée de l’Homme accueille l’artiste Théo Mercier au sein de ses collections. Collectionneur compulsif depuis son enfance, Théo Mercier est un artiste plasticien mais aussi un metteur en scène. Ce sont ces deux compétences que l’artiste mobilisent pour investir les galeries et les vitrines du Musée de l’Homme.

L’atmosphère de cabinet de curiosité du musée se prête admirablement à l’intervention de Théo Mercier. L’artiste brouille les pistes en insérant des pièces de sa collection personnelle dans les vitrines du musée. Le visiteur doute, s’interroge, se raccroche au cartel pour se rassurer. Théo Mercier joue avec le réel et la fiction comme cette vitrine qui ressemble de premier abord à un cabinet de minéralogie mais qui se révèle en réalité être la présentation de sa collection personnelle de roche artificielle d’aquarium.

Ce parcours jubilatoire auquel l’artiste nous convie nous fait penser invariablement à l’ouvrage de Claude Lévi-Strauss « La pensée sauvage » (Plon, 1962), dans lequel l’auteur compare la pensée et le processus de création du bricoleur et de l’ingénieur. Alors que l’ingénieur est tout entier dans la culture, la science moderne qui impose son projet à la nature, le bricoleur est, au contraire, à la frontière indistincte et archaïque entre nature et culture. Le bricoleur manie des signes, l’ingénieur des concepts. Théo Mercier est, dans ce sens, un bricoleur, une sorte d’esthète qui prend plaisir dans la simple combinaison nouvelle qu’il réalise.

La visite de l’exposition de Théo Mercier est complétée par la découverte obligée des vitrines du musée. Le visiteur jongle ainsi en permanence entre l’étrangeté du réel et la fiction proposée par l’artiste.

A ne pas manquer aussi, l’exposition exceptionnelle des oeuvres photographiques de Catherine de Clippel et de Jean Rouch organisée par le Comité du film ethnographique, la Fondation Jean Rouch et le Musée de l’Homme à l’occasion du centenaire de la naissance de Jean Rouch.

INFORMATIONS PRATIQUES
• Théo Mercier, Pièces Rapportées
Du 5 octobre 2017 au 2 avril 2018
Musée de l’Homme
17 place du Trocadéro
75016 Paris
http://museedelhomme.fr
Le Musée de l’Homme est ouvert tous les jours, sauf le mardi, de 10h00 à 18h00.
Dernière entrée à 17h15. Fermé le mardi, le 1er janvier, le 1er mai et le 25 décembre.
• À l’occasion de la célébration du centenaire de la naissance de Jean Rouch, le Comité du film ethnographique, la Fondation Jean Rouch, le Musée de l’Homme organisent une exposition exceptionnelle des oeuvres photographiques de Catherine de Clippel et de Jean Rouch.

Thierry Forien

Thierry Forien est un directeur associé expérimenté avec une expérience démontrée dans l'industrie de l'importation (produits pétroliers, produits durs et textiles). Compétences, Négociation,...

Voir le profil de l'auteur

A lire aussi

#PARIS Fondé en 1946 par Sonia Delaunay et Auguste Herbin, entre autre, le salon des "Réalités Nouvelles" oeuvre chaque année, depuis plus de soixante-dix ans, à offrir une caisse de résonance indispensable à…
#Bordeaux et sa région se dote d’un nouvel outil culturel, la Méca dans lequel s’installe le Frac Nouvelle-Aquitaine en cohabitation avec deux acteurs régionaux majeurs de la création artistique. Un écrin magique pour…
#BÂLE « Je pratique un art politique, c'est à dire ambiguë, contradictoire, inachevé, orienté vers des fins précises : un art d'un optimisme mesuré, qui refuse le nihilisme. » déclarait William Kentridge. L'artiste sud-africain…