Master Now: un parcours magistral au sein de Drawing Now Art Fair

Hyong Keun Yun, Sans-titre, 2001©Galerie Jean Brolly

Bruno Gironcoli, Entwurf, 1973 © Galerie Bernard Jordan

Barbara & Michael Leisgen, Natürliche Analogie, 1973 © Maus Contemporary

Joachim Bandau, Bunker, 1978 © Joachim Bandau, Courtesy Galerie Maubert

Gottfried Honegger, no title, 1970-1975 © Galerie Römerapotheke

GEBE, Auto-stop, 1984 ©GEBE Courtesy Galerie Anne Barrault

Helena Almeida, Untitled, Dessin sur papier © Galeria Filomena Soares

Joël Kermarrec, Tout ce que Mamie Doc ne nous a pas raconté, 2017 © Galeria Papillon

Trulli
Hyong Keun Yun, Sans-titre, 2001©Galerie Jean Brolly
Trulli
Bruno Gironcoli, Entwurf, 1973 © Galerie Bernard Jordan
Trulli
Barbara & Michael Leisgen, Natürliche Analogie, 1973 © Maus Contemporary
Trulli
Joachim Bandau, Bunker, 1978 © Joachim Bandau, Courtesy Galerie Maubert
Trulli
Gottfried Honegger, no title, 1970-1975 © Galerie Römerapotheke
Trulli
GEBE, Auto-stop, 1984 ©GEBE Courtesy Galerie Anne Barrault
Trulli
Helena Almeida, Untitled, Dessin sur papier © Galeria Filomena Soares
Trulli
Joël Kermarrec, Tout ce que Mamie Doc ne nous a pas raconté, 2017 © Galeria Papillon

Master Now est un parcours artistique singulier, instauré au cœur de Drawing Now Art Fair. Depuis 2016, les galeries ont l’opportunité de sélectionner une œuvre de leur choix qu’elles considèrent comme un véritable chef-d’œuvre contemporain. Ces œuvres ont été sélectionnées auprès d’une vingtaine de galeries par le directeur artistique de Drawing Now Art Fair, Philippe Piguet, et sont mises en valeur par une signalétique spécifique sur l’enseigne de la galerie et le plan de la foire, créant ainsi un parcours au cœur des stands des galeries sous la verrière du Carreau du Temple. Un parcours à découvrir dans cet article à travers le regard des galeristes, nous expliquant leur choix.

Cette année, le Salon du dessin contemporain met à l’honneur la Bande Dessinée. Cette proposition a guidé certains choix dans le parcours Master Now. Ainsi, la Galerie Anne Barrault présente un dessin Gébé, “un artiste essentiel et méconnu et qui a réalisé de nombreuses bande dessinées, aujourd’hui devenues cultes, comme l’An 01 ou Berck ” nous précise Anne Barrault. “Il a été le rédacteur en chef de Hara-Kiri, puis de Charlie Hebdo de 1969 à 1985, et à continuer à y contribuer jusqu’à la fin de sa vie”. Un autre rapprochement se lit aussi dans l’œuvre foisonnante du niçois Ben. Présenté par la Galerie Eva Vautier, sa “Banane” est une symphonie du trait, à la vocation historique et humoristique.

Art Bärtschi & Cie présente une œuvre de Richard Long. Utilisant l’encre de chine sur papier cartonné, il explose la matière pour la transformer en un jet créatif, assimilable à une pluie de pierre. Soulignons toute la virtuosité du geste, à la fois brut et vif. La Patinoire Royale / Galerie Valérie Bach expose Christian Jaccard qui compose des dessins calcinés qu’il réassemble comme une couture, comme si les êtres à vif pouvaient être réparés mais l’existence laisse des traces invisiblement douloureuses qu’on ne peut cacher.La Galerie Fournier a choisi de présenter un dessin de Shirley Jaffe car “nous étions les premiers à montrer son œuvre. Shirley Jaffe est décédée en mai dernier et c’est une forme d’hommage qu’on lui rend. C’est un dessin qu’on ne montrerait pas forcément dans un parcours classique aussi, elle s’inscrit parfaitement dans ce parcours Master Now”.

Dans cette pluralité de style, la Galerie Christian Berst, spécialisé dans l’art brut, a choisi d’exposer une œuvre de Michel Nedjar en masterpiece car cet artiste est une figure emblématique de ce courant artistique, ” l’un des rares artistes encore vivant a avoir été découvert par Jean Dubuffet, faisant de lui une figure historique de l’art brut.” Dans le travail d’Helena Almeida, présentée par la galerie Filomena Soares, on retrouve l’influence de l’arte povera. Le dessin, simple, se suffit à lui-même.

Master Now présente des pièces importantes et d’artistes de renommée internationale, Joan Miro a donc toute sa place dans ce parcours” précise la Galerie Lelong & co. “C’est un clin d’œil à la grande rétrospective prévue au Grand Palais en fin d’année et aussi car nous allons exposer ce grand artiste à partir du mois de septembre au sein de nos divers espaces“. Quant à la Galerie Georges-Philippe et Nathalie Vallois, elle présente un dessin de Jean Tinguely qui montre tout le processus de sa pensée créative, un dessin préparatoire à ses installations mécaniques aussi reconnaissables que fantaisistes. L’artiste Jean Charles Blais, représenté par la Galerie Catherine Issert travaille sur des formes dynamiques, mouvantes, avec une sensation d’angoisse prenante et envahissante. Quant à Philippe Rey, de la Galerie Römerapotheke, il explique que leur choix se fit sur “un grand artiste et un grand humaniste” Gottfried Honegger. Un dessin jamais montré, inédit, qui permet de découvrir encore de nouveaux chef-d’œuvre.

La Galerie Martel présente un dessin de Tomi Ungerer à la figuration controversée tandis que Galerie Maubert présente l’artiste allemand Joachim Bandau: “Nous présentons, pour la première fois en France, son travail de dessin ancien autour des « Bunkers » et architectures de l’enfermement. L’architecture se mêle au corps dans la violence du trait. Le bunker est pour Bandau la forme minimale qui peut enfermer le corps tout en dissimulant sa structure interne” nous explique le galeriste.

La Galerie Gugging présente un dessin de Johann Korec au graphisme naïf. Son style se démarque par une utilisation des couleurs franches et intenses. Maus Contemporary dévoile le duo Barbara & Michael Leisgen qui expérimente les interactions plastiques entre dessin et photographie. Représenté par la Galerie Bernard Jordan, Bruno Gironcoli utilise une technique ancienne, la tempera sur papier. L’utilisation de techniques mixtes apporte à son travail de la diversité et une présence forte. La Galerie Papillon présente un dessin de Joël Kermarrec datant de 2015. Une continuité pour cet artiste qui était en focus l’an passé sur le même stand et qui bénéficie d’une exposition dans les lieux-même de la galerie. Son dessin reflète ses créations picturales, la couleur bleu illumine cette composition. Joël Kermarrec est un artiste inspirant qui continue d’influencer les jeunes générations.

La Galerie Michael Sturm présente le travail minimal de Marcia Hafif tandis que la Galerie Suzanne Tarasieve explore le néo-expressionnisme allemand à travers un dessin de A.R. Penck. Une forme d’hommage pour cet artiste disparu l’an dernier. Enfin, la Galerie Jean Brolly dévoile une oeuvre captivante de l’artiste Hyong Keun Yun. La force de la ligne se mêle à celle de la forme qui se meut en un tourbillon chromatique absorbant notre être.

INFORMATIONS PRATIQUES
Drawing Now
Du jeudi 22 au dimanche 25 mars : de 11h à 20h (19h le dimanche)
Le Carreau du Temple
4 rue Eugène Spuller
75003 Paris
Entrée plein tarif : 16 euros
Entrée tarif réduit : 9 euros
Catalogue : 16 euros
Entrée + catalogue : 22 euros
https://www.drawingnowparis.com

Marlène Pegliasco

Diplômée d’un Master en Histoire de l’Art et habitant à Toulon,j'ai créé le blog Art In Var (www.artinvar.fr) afin de partager avec mes lecteurs, la riche actualité artistique de ce beau dé...

Voir le profil de l'auteur

Plus d'articles Dessin

A lire aussi

4 Mins.
« Il invente des situations singulières dans la mise en espace de son dessin. Ses personnages étranges mi- noir, mi- blanc, mi-homme, mi- dieu nous proposent un récit à construire, un récit ouvert qui…
2 Mins.
L’art, c’est de la découverte, de l’émotion à tout instant. Chaque artiste avec sa sensibilité particulière vient toucher nos sens. Cet article est un hommage à un grand artiste décédé il y a…
7 Mins.
Elle a trouvé sa voie avec la gravure et la complète aujourd’hui avec le dessin. Deux médiums qui révèlent un univers singulier, rêveur, d’où sortent des personnages et des animaux imaginaires. Au fil…