Picasso – Picabia : Explorations picturales au Musée Granet

Francis Picabia, Jeune Fille, 1912

Francis Picabia, Femme aux allumettes

Francis Picabia, Les Amoureux (après la pluie), 1924-1925

Pablo Picasso, Le Baiser, 1925

Trulli
Francis Picabia, Jeune Fille, 1912
Trulli
Francis Picabia, Femme aux allumettes
Trulli
Francis Picabia, Les Amoureux (après la pluie), 1924-1925
Trulli
Pablo Picasso, Le Baiser, 1925

Les rapprochements entre artistes ont cette particularité d’apporter un nouveau regard compréhensif. Influences, antagonismes, les courants artistiques et les écoles d’art ont insufflé des pensées et des styles communs aux grands génies, nourris de classiques, de maîtres anciens et d’académisme plus ou moins acceptable. Ainsi, dans le cadre de la manifestation « Picasso Méditerranée », le Musée Granet à Aix-en-Provence rapproche l’œuvre de l’espagnol Pablo Picasso (1881-1973) et du français Francis Picabia (1879-1953). Un rapprochement inédit et pas si déroutant quand on juge des similarités existantes entre ces deux artistes au caractère bien trempé. Né d’un père hispano-cubain, Francis Picabia partage des racines communes avec le maître catalan né à Malaga deux ans plus tard. Ils ont connu les mêmes bouleversements politiques, artistiques et ont rompu avec l’idée d’un style unique dans leur carrière artistique, goûtant ainsi la liberté de se confronter aux mutations et aux expérimentations créatives, intellectuelles et littéraires de ce XXe siècle« Un peintre ne doit jamais faire que ce que les gens attendent de lui. Le pire ennemi d’un peintre, c’est le style » disait Picasso. Cette exposition montre à quel point les deux artistes ont pris la liberté de créer sans contrainte dans des voies similaires mais dont le résultat s’accorde avec chaque signature.

Plus de 150 œuvres réunissant peintures, dessins et archives composent une exposition thématique et chronologique avec des focus particuliers montrant les rapprochements et les divergences entre ces deux artistes. Les grands courants artistiques traversent leurs recherches picturales: cubisme, dadaïsme, abstraction … Chacun s’empare de ces réflexions pour sa propre expérimentation, même si on note une même inspiration classique et des thèmes communs, chers aux cœurs de Picasso et Picabia. Un duel sous le soleil provençal qui montre que Picabia, écrasé sous le succès de celui qui lui survivra pendant vingt ans, est un artiste pionner, inventif, sachant jouer avec la gamme chromatique, composer justement ses toiles, délivrer une écriture graphique personnelle dont Picasso sut reconnaître le mérite.

Les deux artistes se fréquentent à Mougins, peignent les mêmes paysages à Juan-les-Pins. Des affinités familiales, électives où chacun laisse libre cours à leur création artistique, témoignages picturaux d’une modernité affirmée. Enfin, l’exposition amène le visiteur à travers les styles et les personnalités foisonnantes de l’aventure moderne de ce deuxième millénaire.

 

Jusqu’au 23 septembre 2018

Picasso – Picabia. Histoire de Peinture

Musée Granet
Place Saint Jean de Malte

13100 Aix-en-Provence

Plus d’informations ici

Marlène Pegliasco

Diplômée d’un Master en Histoire de l’Art et habitant à Toulon,j'ai créé le blog Art In Var (www.artinvar.fr) afin de partager avec mes lecteurs, la riche actualité artistique de ce beau dé...

Voir le profil de l'auteur

A lire aussi

#PARIS Picasso-Rutault. Grand Ecart est un dialogue entre deux processus créatifs différents. Jusqu’au 24 mars, le Musée National Picasso-Paris confronte une vision plus traditionnelle de la peinture, toile  achevée et signée du maitre Picasso…
Le rassemblement des 3 Arlequins de 1923, la Danse prêtée par la Tate, les 3 Baigneuses de 1937, justifient à eux seuls la visite de "Chefs d'œuvre!" au musée national Picasso Paris. Son président…
Autre temps fort de la saison estivale à Nice et reconnue d’intérêt national par le ministère de la Culture et de la Communication, l’exposition "Matisse et Picasso, la comédie du modèle" du musée des collines…