Lyon Art Paper, Rencontre avec Thierry Odin

Trulli
Trulli
Trulli

Du 10 au 14 octobre 2018, le dessin contemporain vous donne rendez-vous à Lyon pour la 4ème édition de Lyon Art Paper, salon de dessin contemporain. Au programme, 72 artistes exposent leurs créations afin de vous montrer le dessin dans toute sa pluralité : dessin contemporain, travaux sur papier (collage, origami, objets tridimensionnels), graphisme et autres modes d’expression car la marque de Lyon Art Paper est de valoriser les possibilités artistiques liés au dessin et au papier. De plus, de nombreux autres évènements viendront enrichir ces quatre jours de foire. Nous avons rencontré Thierry Odin, président de la Société Lyonnaise des Beaux-Arts (SLBA), entité organisatrice de ce salon qui nous parle de cet évènement grandissant.

Marlène Pegliasco : Présentez-nous Lyon Art Paper.

Thierry Odin : C’est déjà la 4ème édition de Lyon Art Paper, un salon d’automne consacré au dessin et au papier. La question du dessin contemporain et du support papier est très intéressante, les artistes explorent de plus en plus les possibilités techniques et plastiques de ce médium. La qualité monte en puissance au fil des éditions et nous nous en réjouissons. Nous minimisons le nombre d’artistes exposés afin de garder une certaine exigence. Ainsi, ce sont 72 personnes qui travaillent sur le papier, en surface, en volume, de manière traditionnelle, parfois académique. Il y a des artistes reconnus, qui exposent en galerie, d’autres non… Une des clés de la SLBA est de valoriser leur travail de manière uniforme et de montrer le dynamisme artistique en région Rhône-Alpes.

 M.P. : Encouragez-vous la création à travers la collection d’œuvres d’art ?

T.O. : Le marché de l’art est en pleine évolution, la manière pour les artistes d’exposer et d’aller vers le public adoptent d’autres codes. Le rôle de la SLBA est de permettre une diffusion de l’art à travers le déplacement de personnes sur le salon pour explorer de nouvelles démarches créatives. Et encourager la collection. Le collectionneur classique a du mal à se renouveler, nous devons adopter une démarche pour en attirer de nouveaux en se posant les bonnes questions :comment générer l’intérêt du collectionneur ? Comment l’intéresser, susciter sa curiosité ? Les prix affichés sont compris entre 100 et 5000 €  et attirent un public moins fortuné, plus jeune, intéressé par l’art le dessin, et souhaitant acquérir une œuvre qui les touche. Enfin, à Lyon Art Paper, les liens sont détendus, plus simples, plus accessibles.

Portrait Thierry Odin, Président de la SLBA©P.Auclair

M.P. : Vous explorez le dessin, voire son support traditionnel le papier dans toutes ses dimensions ?

T.O. : Nous multiplions les portes d’entrée afin d’attirer un public multiple. Nous avons cette transversalité sur d’autres techniques d’autres médiums très novatrice et qui nous plonge au cœur de la création contemporaine. Nous essayons de faire un trait d’union entre un regard plus classique et un autre plus expérimental  afin de susciter de la curiosité.

 Manzanas de Tierra I©Manon Guillet

M.P. : Qu’est ce qui fait la particularité de Lyon Art Paper ?

T.O. : Pour renforcer cette possibilité de découverte, nous avons réduit le temps moyen du salon à quatre jours. Les artistes sont présents, le public plus au moins éclairé pose un tas de question, des échanges se créent, chacun exprime leur émotions, discute autour du support, des techniques, de l’orientation de leur travail…Les réponses sont de l’ordre de la pédagogie. Et pour les artistes, cela leur permet aussi de tisser du réseau, des liens entre eux, d’échanger sur leur création. Une profusion palpable qui fait la force de Lyon Art Paper. Pour cette édition, nous présentons à côté des 72 artistes un hommage à Hubert Munier, nous valorisons la jeune génération avec le Prix Révélation Lyon Art Paper et l’exposition personnelle de Manon Guillet. Enfin, nous collaborons avec des institutions culturelles comme cette année, le centre d’art contemporain de l’abbaye d’Auberive qui nous propose une sélection de dessins des artistes Dado, Fred Deux et Davor Vrankic. L’an passé, plus de 4000 visiteurs sont venus au Palais de Bondy, un lieu patrimonial au cœur de la cité lyonnaise. Cette année, nous souhaitons toujours plus de visiteurs, renforçant notre conviction qu’il existe une attente et un engouement  artistique local.

Sulamite_III la sirène©Jean- Marc Paubel

LYON ART PAPER

Le salon de dessin contemporain

Du 10 au 14  octobre 2018
Palais de Bondy

18 Quai de Bondy

69005 Lyon

Vernissage public le mercredi 10 octobre de 18h à 21h

Ouverture au public
Du jeudi 11 au vendredi 12 octobre de 12h à 18h
Le samedi 13 octobre de 11h à 21h
Le dimanche 14 octobre de 10h à 16h

Entrée libre

Marlène Pegliasco

Diplômée d’un Master en Histoire de l’Art et habitant à Toulon,j'ai créé le blog Art In Var (www.artinvar.fr) afin de partager avec mes lecteurs, la riche actualité artistique de ce beau dé...

Voir le profil de l'auteur

Plus d'articles Dessin

A lire aussi

2 Mins.
#DESSIN Il y a quelques jours s’est tenue la première édition de Draw Art Fair à Londres. Ce salon de dessins contemporains regroupait de nombreuses galeries européennes qui présentaient des artistes en solo…
2 Mins.
Aucune œuvre sans que le dessin ne soit au centre de sa création. Interroger la figure, procéder à des recouvrements : Christian Lhopital surprend avec des formes flottantes, évanescentes et oniriques. Après avoir créé…
Ce fut comme un aimant. Une attirance évidente. Une œuvre qui s’impose par sa poésie, sa force et par le génie des mains de l’artiste qui l’a réalisée. La 45ème édition de la…