“AfriCOBRA : Message to the People” au MOCA

Barbara Jones Hogu - Rise and Take Control Screen-print, 1970, photo Barbara Jones Hogu

Carolyn Lawrance, Pass on To Our Children theLegacy of Courageousness, 1971, Photo Carolyn Lawrance : Tony Smith

Gerald Williams, Angela Davis, 1971, Acrylic on canvas-60 x 60 in. (152 x 152 cm), photo Kavi Gupta

Gerald Williams, I AmSomebody, 1969, photo Gerald Williams : Kavi Gupta

Gerald Williams, Orator, 1969 Acrylic, Photo Gerald Williams : Kavi Gupta

Jae Jarrell, Frock You, 1994, Wool, mixed media on wood, photoJae Jarrell : Kavi Gupta

Nelson Stevens, Jihad Nation, 1969oAcrylic on cotton canva, photo Nelson Stevens

Omar Lama, Untitled (Bull), 1972, photo Omar Lama

Sherman Beck, Ancestors, 1998, photo Sherman Beck : Kavi Gupta

Wadsworth Jarrell, Prophecy, 1974 Acrylic on canvas, Photo Wadsworth Jarrell

Trulli
Barbara Jones Hogu - Rise and Take Control Screen-print, 1970, photo Barbara Jones Hogu
Trulli
Carolyn Lawrance, Pass on To Our Children theLegacy of Courageousness, 1971, Photo Carolyn Lawrance : Tony Smith
Trulli
Gerald Williams, Angela Davis, 1971, Acrylic on canvas-60 x 60 in. (152 x 152 cm), photo Kavi Gupta
Trulli
Gerald Williams, I AmSomebody, 1969, photo Gerald Williams : Kavi Gupta
Trulli
Gerald Williams, Orator, 1969 Acrylic, Photo Gerald Williams : Kavi Gupta
Trulli
Jae Jarrell, Frock You, 1994, Wool, mixed media on wood, photoJae Jarrell : Kavi Gupta
Trulli
Nelson Stevens, Jihad Nation, 1969oAcrylic on cotton canva, photo Nelson Stevens
Trulli
Omar Lama, Untitled (Bull), 1972, photo Omar Lama
Trulli
Sherman Beck, Ancestors, 1998, photo Sherman Beck : Kavi Gupta
Trulli
Wadsworth Jarrell, Prophecy, 1974 Acrylic on canvas, Photo Wadsworth Jarrell

#MIAMI On avait découvert l’esthétique très symbolique du Black Art lors de l’exposition “Soul of a Nation” à la Tate Modern en septembre 2017 puis cet été au Brooklyn Museum. A l’occasion de l’édition 2018 de Miami Art Basel, Le Museum of Contemporary Art North de Miami célèbre les cinquante ans d’AfriCOBRA pour “African Commune of Bad Relevant Artists” et présente “AfriCOBRA, Message to the People”, une exposition « révolutionnaire » du collectif crée en 1968 à Chicago.

Ce groupe légendaire d’artistes noirs définit, dès sa fondation, l’esthétique moderne et visuelle immédiatement identifiable de ce qu’on appellera  le Black Arts Movement au milieu des années 60 et 70.

Né d’un premier collectif, l’OBAC qui acquiert une notoriété nationale en 1967 avec la réalisation d’une fresque monumentale, le Mur du Respect, dans le quartier de Bronzeville à Chicago, AfriCOBRA se revendique comme l’outil permettant d’utiliser l’art pour relever les défis sociaux et culturels qui touchent la communauté afro-américaine . Cette immense peinture murale “dépeint les ‘Héros Noirs’ comme des modèles positifs pour l’identité, la formation de la communauté et l’action révolutionnaire”.

AfriCOBRA s’affranchit des codes et utilise la peinture, l’estampe, le design textile, la conception de vêtements, la photographie et la sculpture. Les artistes du groupe les couple à des motifs abstraits pour évoquer les traditions artistiques africaines et à des éléments visuels de couleurs luminescentes et lumineuses “Kool-Aid”. Ainsi jaillissent des oeuvres créées des portrait, des objets du quotidien trouvés, des lettres et des images. Ainsi réalisées, ces images brutes, émotives et festives de figures noires, définissaient les conditions sociales, économiques et politiques du peuple noir. 

En 1969, le groupe diffuse ses idées en publiant un manifeste “Dix à la recherche d’une nation”, qui expose les objectifs qu’ils espèrent atteindre, définir les images qui retracent le passé, racontent le présent et annoncent l’avenir. En utilisant l’identité noire, son style, son attitude et sa vision du monde, AfriCOBRA  encourage la solidarité et la confiance en soi de la diaspora africaine: une véritable révolution de l’esprit, du corps et de l’âme dont AfriCOBRA est le berceau. 

Cette exposition, que l’on peut qualifier d’historique, explore tout à la fois les carrières individuelles des fondateurs, Jeff Donaldson, Jae Jarrell, Wadsworth Jarrell, Barbara Jones-Hogu et Gerald Williams que celles d’artistes qui ont exposé avec eux entre 1968-1973 et explore la manière dont la philosophie d’AfriCOBRA se manifeste en tant que groupe dans leurs démarches artistiques.

 

AfriCOBRA, Message to the People

Museum of Contemporary Art North Miami (MOCA)

Jusqu’au 7 avril 2019

770 NE 125th Street,

33161, North Miami, Florida

Lili Tisseyre

Journaliste puis directrice de production, Lili Tisseyre dirige la création et la gestion éditoriale des premiers contenus web pour les émissions de télé-réalité du groupe Endemol au début des...

Voir le profil de l'auteur

Plus d'articles Art contemporain

A lire aussi

#NEW YORK Parmi les admirateurs de Leonor Fini, on trouve Andy Warhol, Madonna, et plus récemment Maria Grazia Chiuri, directrice de la Maison Dior, dont la collection printemps 2018 a d’ailleurs été dédiée…
#PARIS  Alors que les incendies ravageaient la Californie à l’automne dernier, Liam Everett détruit les œuvres qu’il s’apprêtait à envoyer à Paris pour sa troisième exposition personnelle chez Kamel Mennour. Un sentiment d’urgence…
#PARIS Pour sa première exposition personnelle à Paris "SEA OF HUMANITY", Peter Kim présente un large échantillon de sa pratique artistique avec des peintures, de nombreux croquis qu’il dessine chaque jour, des sculptures, ou…