# “Art Brut Japonais volume 2”

Yuki TSUKIUCHI, Rebellion de l’analogue, 2006, Stylo sur papier, 19 x 27 cm, Collection de l’artiste

Yoshihiro WATANABE, Chien, 2003-2017, Feuille 3,6 x 1,4 x 4,6 cm, Collection de l’artiste

Yasuhiro KOBAYASHI, Sans titre, 2000, Encre, crayon de couleur, stylo, adhésif, correcteur sur papier 30 x 42 cm, Collection de l’artiste

Takayuki AYAMA, Léopard, guépard et bébé léopard, 2016, Bois de Zelkova, stylo graveur électrique, crayon de couleur, 44 X 6 X 8,5 cm, Collection de l’artiste

Shogo HARAZUKA, Villes connectées, 2006-2017, Crayon, dépliant sur papier, 26 x 36,5 cm Collection de l’artiste

Ryusuke ARUSE, Sans titre, ca.2012 Crayon sur papier, 35,8 x 25,7 cm Collection de l’artiste

OMIGAKUEN, Œuvre collective pour le 40ème anniversaire, 1986, Argile, émail sur contre-plaquén 180 x 180 cm, OMIGAKUEN

Naoya MATSUMOTO, Shachihoko, 2014, Argile, 32 x 38 x 48 cm, OMIGAKUEN

Marie SUZUKI, Bara Bara So Waka, 2014, Paravent, stylo, 172 x 357 x 1,5 cm, Collection de l’artiste

Katsutoshi SAITO, Sans titre (carnet de croquis), 36 x 51 x 1 cm, Collection de la famille de l’artiste

Trulli
Yuki TSUKIUCHI, Rebellion de l’analogue, 2006, Stylo sur papier, 19 x 27 cm, Collection de l’artiste
Trulli
Yoshihiro WATANABE, Chien, 2003-2017, Feuille 3,6 x 1,4 x 4,6 cm, Collection de l’artiste
Trulli
Yasuhiro KOBAYASHI, Sans titre, 2000, Encre, crayon de couleur, stylo, adhésif, correcteur sur papier 30 x 42 cm, Collection de l’artiste
Trulli
Takayuki AYAMA, Léopard, guépard et bébé léopard, 2016, Bois de Zelkova, stylo graveur électrique, crayon de couleur, 44 X 6 X 8,5 cm, Collection de l’artiste
Trulli
Shogo HARAZUKA, Villes connectées, 2006-2017, Crayon, dépliant sur papier, 26 x 36,5 cm Collection de l’artiste
Trulli
Ryusuke ARUSE, Sans titre, ca.2012 Crayon sur papier, 35,8 x 25,7 cm Collection de l’artiste
Trulli
OMIGAKUEN, Œuvre collective pour le 40ème anniversaire, 1986, Argile, émail sur contre-plaquén 180 x 180 cm, OMIGAKUEN
Trulli
Naoya MATSUMOTO, Shachihoko, 2014, Argile, 32 x 38 x 48 cm, OMIGAKUEN
Trulli
Marie SUZUKI, Bara Bara So Waka, 2014, Paravent, stylo, 172 x 357 x 1,5 cm, Collection de l’artiste
Trulli
Katsutoshi SAITO, Sans titre (carnet de croquis), 36 x 51 x 1 cm, Collection de la famille de l’artiste

 #PARIS Huit ans après une première exposition sur l’Art brut japonais, la Halle Saint Pierre récidive et présente jusqu’au 10 mars 2019 une deuxième série regroupant 36 artistes aussi mystérieux que puissants.

Bien au delà de l’événement, l’art brut interroge toujours notre perception artistique et sa relation à l’intuitif, à inconscient, parfois jusqu’à la folie. L’intérêt de cette exposition réside en particulier par la dimension géographique et exotique des œuvres présentée et l’influence de la culture japonaise sur ce mouvement.

L’exposition est scindée en deux parties, l’une au rez-de-chaussée et l’autre à l’étage. Dans la première, le noir est de rigueur, seules les œuvres sont éclairées, la vision panoptique qu’offre la scénographie permet de choisir son aile et de progresser tel un « prisonnier » dans le cœur de l’art brut japonais. Les origamis réalisés à partir de feuilles de végétaux de Yoshihiro Watanabe et la sculpture en argile « Shachihoko » de Naoya Matsumoto percent ce noir intense et profond, et l’on remarque alors les cultures imposantes de Keisuke Atsumi.

Puis vient une respiration, le temps d’ accéder à l’étage. L’exposition reprend dans un contraste saisissant. La salle de l’étage, sous le toit de la Halle, est très lumineuse est vient révéler comme l’esprit et/ou l’art, le passage de l’ombre à la lumière: la mise en scène globale est une réussite.

Dans ce décor coloré, aussi beau que touchant, comment ne pas tomber sous le charme des appareils ménagers en carton et en papier de Tomoaki Sakai, ou rester pétrifié devant les deux somptueux paravents de Marie Suzuki.

Même son fondateur, Jean Dubuffet ne s’y tromperait pas, l’art qui englobe à la fois des fous et des marginaux est aussi fort qu’une plongée dans l’énigmatique, dans l’inconnu. Il y a dans cette exposition comme quelque chose de magique.

 

Art Brut Japonais II

Du 8 septembre 2018 au 10 mars 2019

Halle Saint Pierre

2 rue Ronsard, Paris

Dominique Vautrin

Dominique Vautrin est un photographe français. Influencé par la street photography américaine, il développe aux cours de ses différents projets, une oeuvre sombre qui dépeint une société en ph...

Voir le profil de l'auteur

A lire aussi

#NICE Deux expositions pour deux univers étanches qui pourtant, par le biais de l'étrange, permettent d'approcher quelques orientations quant à la nature de l’œuvre d'art aujourd'hui et sa relation au spectateur. Lucien Murat…
A l'occasion du lancement de la saison "Japonismes 2018 : les âmes en résonance", le musée du Louvre a dévoilé sous la pyramide, le fascinant trône en feuilles d'or de l'artiste Kohei Nawa qui s'élève à 10 mètres…
La rétrospective du musée Maillol est fascinante pour deux raisons. La première raison est évidemment la qualité et la diversité de l'œuvre de l'artiste japonais. La deuxième raison est la vie même de…