La collection photographique de Jack Lazare au MBAM

Nicolas Baier, Janvier, 2003. MBAM, don de la collection de la famille Lazare.

Carlos Sanchez (né en 1976) et Jason Sanchez (né en 1981), The Everyday [Le quotidien], 2000. MBAM, don de la collection de la famille Lazare.

Astrid Kruse Jensen (née en 1975), Dans le paysage no 12, de la série « Within the Landscape », 2013. MBAM, don de la collection de la famille Lazare.

Teresa Hubbard / Alexander Birchler, duo suisse formé en 1990, Femme à l’entrée, de la série « Arsenal », 2000. MBAM, don de la collection de la famille Lazare.

Julia Margaret Cameron (1815 - 1879), Mary Mother, 1867. Collection de la famille Lazare.

Willie Doherty (né en 1959), Menace confuse VI (Impitoyable cruauté), de la série « Non-Specific Threat », 2003. MBAM, don de la collection de la famille Lazare.

Nan Goldin (née en 1953), Inoue dans la lumière de mon appartement, New York, 1996. MBAM, don de la collection de la famille Lazare. © Nan Goldin, courtesy Matthew Marks Gallery.

Nicolas Baier (né en 1967), Un après-midi sur de Gaspé, 2004. MBAM, don de la collection de la famille Lazare.

Dorothea Lange (1895 - 1965), Migrant Mother, Nipomo, California, 1936, épreuve à la gélatine argentique. Prêt de la collection de la famille Lazare.

Trulli
Nicolas Baier, Janvier, 2003. MBAM, don de la collection de la famille Lazare.
Trulli
Carlos Sanchez (né en 1976) et Jason Sanchez (né en 1981), The Everyday [Le quotidien], 2000. MBAM, don de la collection de la famille Lazare.
Trulli
Astrid Kruse Jensen (née en 1975), Dans le paysage no 12, de la série « Within the Landscape », 2013. MBAM, don de la collection de la famille Lazare.
Trulli
Teresa Hubbard / Alexander Birchler, duo suisse formé en 1990, Femme à l’entrée, de la série « Arsenal », 2000. MBAM, don de la collection de la famille Lazare.
Trulli
Julia Margaret Cameron (1815 - 1879), Mary Mother, 1867. Collection de la famille Lazare.
Trulli
Willie Doherty (né en 1959), Menace confuse VI (Impitoyable cruauté), de la série « Non-Specific Threat », 2003. MBAM, don de la collection de la famille Lazare.
Trulli
Nan Goldin (née en 1953), Inoue dans la lumière de mon appartement, New York, 1996. MBAM, don de la collection de la famille Lazare. © Nan Goldin, courtesy Matthew Marks Gallery.
Trulli
Nicolas Baier (né en 1967), Un après-midi sur de Gaspé, 2004. MBAM, don de la collection de la famille Lazare.
Trulli
Dorothea Lange (1895 - 1965), Migrant Mother, Nipomo, California, 1936, épreuve à la gélatine argentique. Prêt de la collection de la famille Lazare.

#MONTREAL Jack Lazare est un homme d’affaires passionné par la photographie depuis près de vingt ans. Le Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) met en valeur une grande partie de sa collection, c’est à dire une centaines de tirages d’artistes à la fois canadiens et internationaux dans une très belle exposition qui se tient jusqu’au 28 avril 2019.

Une collection photographique débute souvent par une relation personnelle avec l’image et/ou l’artiste. Pour Jack Lazare, c’est la rétrospective sur Julia Margaret Cameron en 1999 au MoMa qui sera le déclencheur. D’August Sander à Edward Burtynsky, en passant par Saul Leiter, Nan Goldin, Philip-Lorca diCorcia, Hannah Starkey ou encore Thomas Struth, la sélection et l’accrochage s’articulent autour des thématiques aux valeurs conceptuelles comme le temps suspendu, la notion de passage ou encore  la solitude et la complexité des relations humaines.

Le commissariat de l’exposition est assuré par Diane Charbonneau (conservatrice des Arts Décoratifs Modernes et de la Photographie au MBAM). Elle permet, par la déclinaison de thèmes fédérateurs de faire émerger cette «résilience » intrinsèque à chaque collection. La commissaire a su créer ce fil conducteur qui nous entraine dans la démarche artistique plutôt que dans la succession d’une liste de noms garants de l’investissement de son propriétaire. Car c’est souvent l’écueil d’une exposition consacrée à une collection. Il faut savoir à la fois trier, organiser et dissocié la personnalité du collectionneur de la collection elle-même: une obligation et une nécessité pour appréhender l’Homme et sa collection. Ensuite il faut savoir faire ressortir l’essence lié à l’inconscient de celui qui investit et qui acquiert en premier lieu une part de sa propre histoire au travers de chaque œuvre.

« États d’âmes, esprit des lieux » est une exposition qui nous emporte aux frontières ouvertes et imprécises de l’art et la psychanalyse. Et si le bureau de Jack Lazare devenait le divan où s’allonger et ses photographies, canaux infinis de notre propre relation à la photographie.

 

 

“Etats d’âmes, esprit des lieux”, Photographies de la collection Lazare

Du 28 novembre 2018 au 28 avril 2019

MBAM Musée des beaux-arts de Montréal

Pavillon Jean-Noël Desmarais – niveau S2

1380 Rue Sherbrooke Ouest, Montréal

Lili Tisseyre

Journaliste puis directrice de production, Lili Tisseyre dirige la création et la gestion éditoriale des premiers contenus web pour les émissions de télé-réalité du groupe Endemol au début des...

Voir le profil de l'auteur

Plus d'articles Photo

A lire aussi

2 Mins.
‘I get something out of flowers that other people don’t get... I love the pictures of flowers more than I love real flowers.’ ROBERT MAPPLETHORPE   #PhotoCollection Artiste majeur de la seconde moitié du…
2 Mins.
#PARIS Catherine Balet donne des couleurs à la galerie Thierry Bigaignon et repousse les limites de la création photographique avec l’exposition « Moods in a room ». Après nous avoir étonné et amusé…
#TOULON Initiée par le photographe Gérard Dubois, Take 5 – Street Photography est une exposition qui rend hommage à la photographie de rue. La rue, la ville, la vie citadine, avec ses artères et ses…