Un dessin..un trait! Rencontre avec Christelle Tea

Bains Geliert©Christelle Tea

L’Opéra Garnier, Paris 9e ©Christelle Téa

Hangar Taxidermie de la collection d’Anatomie comparée du Muséum national d’Histoire naturelle de Paris ©Christelle Téa

Bloc opératoire siamoises, 15.V.2018, II, Hôpital Necker enfants malades, Paris ©Christelle Téa

Conférence d'Hervé di Rosa invité par François Boirond aux beaux-Arts©Christelle Tea

Trulli
Bains Geliert©Christelle Tea
Trulli
L’Opéra Garnier, Paris 9e ©Christelle Téa
Trulli
Hangar Taxidermie de la collection d’Anatomie comparée du Muséum national d’Histoire naturelle de Paris ©Christelle Téa
Trulli
Bloc opératoire siamoises, 15.V.2018, II, Hôpital Necker enfants malades, Paris ©Christelle Téa
Trulli
Conférence d'Hervé di Rosa invité par François Boirond aux beaux-Arts©Christelle Tea

La vie dans les moindres détails. Car ce sont eux qui façonnent les lieux, donnent une ambiance aux environnements, fait que chaque chose et unique. Les dessiner pour les faire vivre, les rendre vivant. Les dessins de Christelle Tea fourmillent de détails. Ses pupilles détectent tout, voient ce qu’on ne voit plus. Son regard perçoit au-delà d’une réalité bien souvent trop fade.

Née 1988, Christelle Tea possède une double formation : Beaux-Arts et chant lyrique. Dessin et photographie sont ces deux médiums de prédilection, surtout le photomontage qu’elle a un peu mis de côté pour se consacrer aux sollicitations dessinées dont elle fait l’objet. Participant à de nombreuses expositions collectives, lauréate du Prix Spécial Coup de cœur de l’Art est vivant, du salon DDESSIN en 2016, et d’une Mention spéciale du jury au Prix David-Weill en 2017, cette insatiable chroniqueuse croque le portrait et des lieux aussi différents qu’un musée, un bloc opératoire, un hôtel de luxe, des architectures urbaines ou des portraits de personnalités du monde de l’art, accompagnés notamment de cette importance de dessiner dans leur habitat pour révéler leur personnalité.

Chaque dessin part d’un détail puis se construit comme un lierre qui envahit la page. Sans préparation ni correctif, le résultat final envahit notre regard et nous plonge dans un univers enivrant, une image minutieuse et saisissante.

 

Marlène Pegliasco : Pourquoi le dessin ?
Christelle Tea : Je dessine depuis que je suis toute petite. Cela a commencé à 6 ans lorsque je devais occuper mes soirées dans le restaurant familial, un restaurant chinois où j’allais avec ma sœur après l’école et où je passais mes soirées. Un jour, ne sachant pas quoi faire, ma maman m’a passé son carnet de commandes et je me suis mise à dessiner J’ai continué dans cette voie jusqu’à faire un BTS graphisme à l’école Olivier de Serres puis à l’École des Beaux-Arts et en parallèle le conservatoire sous la direction d’Alexandra Papadjiakou. Étudier dans ces deux domaines est quelques chose de très enrichissant.

Marlène Pegliasco: Le dessin a pris le dessus sur tout le reste. ?
Christelle Tea : Alors que je terminais mon cursus aux Beaux-Arts, j’ai été contacté pour participer au salon DDessin. Il a fallu aussi que je choisisse entre chant et dessin. Être artiste, c’est être un créateur. On a l’opportunité de faire ce qu’on aime mais on vit au jour le jour. Enfin, j’aime participer à des concours et être jugé par les jurys extérieurs.

Marlène Pegliasco : Quelle est votre manière de travailler ?
Christelle Tea : Je dessine in situ, sans dessins préparatoires et sans repentir. Je m’installe avec mon carton à dessin, ma chaise, je capte un point de vue et puis je commence. Ensuite, le dessin se développe, détails après détails, sans traits de construction. J’ai toujours la surprise du résultat à la fin. C’est pour cela que j’utilise l’encre car je ne peux rien corriger. Le papier a un format raisin, 50 x 65 cm, je peux passer 10h à dessiner, je ne vois pas le temps passé. Pour les portraits dessinés dans leurs environnement, je commence par les visages, les yeux les cheveux, pour libérer la personne, le visage, le corps et après la personne est libre et je reste la journée pour faire l’environnement ou quand le modèle a le temps il reste. Dans mes portraits, je ne cherche à être juste, c’est-à-dire non pas une ressemblance photographique mais de ce que je vois de la personne. J’y appose mon regard ingénu, candide, sans jugement. Pour les conférences, je commence plutôt par les bulles, puis j’attends le moment où les personnes se stabilisent pour les dessiner. C’est important de dessiner la réalité, ces choses qu’on ne voit plus par habitude et pourtant, c’est difficile de capter notre attention. Ce sont ces banalités qui contribuent à la joliesse du monde. Dessiner me donne l’impression d’être dans une bulle. Ce médium m’a permis de m’exprimer, je dis ce que d’autres le font avec de mots, c’est un souffle, une respiration, une liberté d’expression. L’art c’est magique.

Marlène Pegliasco: Il y a très peu de dessins en couleurs, votre production est majoritairement en noir et blanc.
Christelle Tea : Je mets de la couleur quand c’est évident. Pour les Bains de Budapest, cela m’intéressait de travailler sur l’eau, de plus, c’est un lieu très mythique où l’on conjugue autant rendez-vous professionnels, visites touristiques ou sorties en amoureux. Ces couleurs bleues ciel, marine, les nuances, tout cela s’imposait.

Marlène Pegliasco : Quelle est votre actualité ?
Christelle Tea : Actuellement, je réalise des dessins dans les hangars de taxidermie du Museum d’Histoire Naturelle de Paris. Puis je vais exposer à partir du 07 février 2019 à la Galerie Chaptal dans le 9e arrondissement où seront présentés une trentaine de dessins d’architectures ou intérieurs caractéristiques de cet arrondissement. Enfin, je participerai à Drawing Now avec la Galerie Jean de Brolly.

 

Portrait d’une dessinatrice
Si vous étiez un dessin ? La grande touffe d’herbe de Dürer (1503)
Votre technique favorite ? L’encre de chine
Le support le plus insolite ? Le papier
« Dessiner, c’est comme… » ? Respirer

Marlène Pegliasco

Diplômée d’un Master en Histoire de l’Art et habitant à Toulon,j'ai créé le blog Art In Var (www.artinvar.fr) afin de partager avec mes lecteurs, la riche actualité artistique de ce beau dé...

Voir le profil de l'auteur

Plus d'articles Dessin

A lire aussi

7 Mins.
Elle a trouvé sa voie avec la gravure et la complète aujourd’hui avec le dessin. Deux médiums qui révèlent un univers singulier, rêveur, d’où sortent des personnages et des animaux imaginaires. Au fil…
4 Mins.
#DESSIN Du 30 août au 1 septembre 2019 se tenait à Marseille la 6e édition du salon international de dessin contemporain Paréidolie. Cette foire, qui a su se démarquer par sa sélection exigeante…
3 Mins.
#DESSIN Installée depuis une quinzaine d’années à Barcelone, ADN Galerie présente des artistes émergents dont les concepts intègrent des problématiques actuelles. Présente sur les foires internationales comme Artissima ou Drawing Now, elle revient…