Nina Carini, ” Are my eyes distracting my hearing? ” 

Nina Carini, Ciel et eau, 468 tessons dessinés au fil noir sur filet, détail, photo©Lorenzo Palmieri

Nina Carini, Constellation, video installation sonore, full hd colors, durée 3 min 30, composizione sonora in musique de Andrea Ferrario, photo ©Lorenzo Palmieri

Nina Carini, Installation, photo©Lorenzo Palmieri

Nina Carini, Installation, photo ©Lorenzo Palmieri

Nina Carini, Installation, photo ©Lorenzo Palmieri

Nina Carini, Installation, photo ©Lorenzo Palmieri

Nina Carini, Installation, photo ©Lorenzo Palmieri

Nina Carini, Je t'aime, 110 feuilles de papier coton, imprimés à la main avec eau et sucre, trasparina, plaque en plexi gravée, photo ©Lorenzo Palmieri

Nina Carini, Nina Carini, Ciel et eau, 468 tessons dessinés au fil noir sur filet, 300 x 200 cm, photo ©Lorenzo Palmieri

Nina Carini, Nina Carini, Ciel et eau, 468 tessons dessinés au fil noir sur filet, détail du verso, photo Lorenzo Palmieri

Nina Carini, de gauche a droite, Poissons et Vibrations interrompues, dessin avec fil noir sur papier coton, 15 x 11 cm, photo Lorenzo Palmieri

Nina Carini, J'ai dessiné tant des portes pour arriver à cette étoile, dessin sur papier coton avec fil noir, 18 x 23 cm, photo Lorenzo Palmieri

Trulli
Nina Carini, Ciel et eau, 468 tessons dessinés au fil noir sur filet, détail, photo©Lorenzo Palmieri
Trulli
Nina Carini, Constellation, video installation sonore, full hd colors, durée 3 min 30, composizione sonora in musique de Andrea Ferrario, photo ©Lorenzo Palmieri
Trulli
Nina Carini, Installation, photo©Lorenzo Palmieri
Trulli
Nina Carini, Installation, photo ©Lorenzo Palmieri
Trulli
Nina Carini, Installation, photo ©Lorenzo Palmieri
Trulli
Nina Carini, Installation, photo ©Lorenzo Palmieri
Trulli
Nina Carini, Installation, photo ©Lorenzo Palmieri
Trulli
Nina Carini, Je t'aime, 110 feuilles de papier coton, imprimés à la main avec eau et sucre, trasparina, plaque en plexi gravée, photo ©Lorenzo Palmieri
Trulli
Nina Carini, Nina Carini, Ciel et eau, 468 tessons dessinés au fil noir sur filet, 300 x 200 cm, photo ©Lorenzo Palmieri
Trulli
Nina Carini, Nina Carini, Ciel et eau, 468 tessons dessinés au fil noir sur filet, détail du verso, photo Lorenzo Palmieri
Trulli
Nina Carini, de gauche a droite, Poissons et Vibrations interrompues, dessin avec fil noir sur papier coton, 15 x 11 cm, photo Lorenzo Palmieri
Trulli
Nina Carini, J'ai dessiné tant des portes pour arriver à cette étoile, dessin sur papier coton avec fil noir, 18 x 23 cm, photo Lorenzo Palmieri

#MONACO La vie ne tient qu’à un fil, à ce temps suspendu que l’artiste italienne Nina Carini surprend à sa source, dans l’hésitation de la matière ou la perception du vide. Tel est ce fil conducteur qui s’insère aux lisières de l’effacement.

Nina Carini l’inscrit sur le papier de coton qu’elle perce pour le faire couler avec une précision extrême comme pour relater un précieux instant de méditation. Voici donc une œuvre saisie dans le recueillement et qui ne se dévoile que lentement quand elle engage celui qui la regarde dans ce même cheminement vers la source de tout langage. Pensée et perception se confondent alors aux confins d’une énonciation dont nous ne saisirons que la trame.

Nina Carini dessine avec ce fil qui incise l’envers de la feuille pour des ébauches de formes primitives, des mémoires de formes géométriques ou d’étoiles. Dessins murmurés d’un univers balbutiant, réduit à sa seule force organique. L’artiste tisse cet instant de la création quand l’aléatoire impose son signe sans recours possible et que ce signe se mesure au réel pour traduire ce qui est avant d’apparaître. On devine ici ce qui seraient les prémisses d’une partition musicale, ou là ce qui serait un idéal cosmique – une perfection rythmique faite de presque rien, une incidence lumineuse, un poudroiement de noir dans un cercle parfait, des angles qui se découvrent.

Mais encore faut-il pouvoir vraiment les voir, comme à l’instant où la mer se retire laissant derrière elle des formes qui se laissent deviner mais jamais apprivoiser.
Cette fragilité s’énonce avec rigueur, dans toute sa certitude. Les formes qui en résultent, humbles et somptueuses, procèdent de cet équilibre parfait entre un esthétisme pur et le mépris d’une beauté frelatée rétive au sens, à ce sens comme seul horizon.
Car l’œuvre s’apparente à une calligraphie minimale. Ébauche de dessins mais aussi cette installation « je t’aime » sur une centaine de feuilles avec les mots qui, d’une feuille à l’autre, se superposent jusqu’à leur effacement total. Mise en scène translucide comme dans ce léger filet de cordages constellés de fragments de points et de traits où s’esquisse 0504la tentation d’une figure. Ou encore cette vidéo où des tournoiements de lumières sont les circonvolutions d’une danse. Tout n’est qu’équilibre et légèreté, évidence et simplicité mais pourtant quel mystère quand nous échouons à comprendre l’agencement de ces signes. Plutôt qu’à un dévoilement, l’artiste nous enjoint de céder à la sérénité d’un vertige.

 

Nina Carini
“Are my eyes distracting my hearing?”
24 janvier – 3 avril 2019

NM> Contemporary
17, rue de la Turbie
98000 Principauté de Monaco
Mobile: 0033 607938376

Plus d'articles Art contemporain

A lire aussi

#MONACO Éprouver physiquement une œuvre prend tout son sens lors d'une rencontre avec celles d'Ettore Spalletti. Quant à les définir, on hésitera toujours à identifier ces objets, un peu tableaux, parfois vaguement sculpturaux,…
#PARIS Avec AMALGAM, Theaster Gates redonne vie à une ile idéale au Palais de Tokyo et nous propose un voyage à Malaga. Le point de départ de l’exposition est l’histoire de Malaga, dans l’État…
#PARIS. « les lumières affaiblies des étoiles lointaines,  les lumières à LED, des gyrophares se complaisent, lampadaire braise brûle les ailes, sacrifice fou du papillon de lumière, fantôme crépusculaire d’avant la naissance du monde, c’est…