Baptiste Rabichon expose “A l’intérieur cet été”

17ème, 2018, épreuves chromogènes unique 195 x 127 cm©Baptiste Rabichon/Galerie Paris-Beijing

17ème, 2018, épreuves chromogènes unique, 195 x 127 cm©Baptiste Rabichon/Galerie Paris-Beijing

17ème- f, 2017, épreuves chromogènes unique 195x127cm©Baptiste Rabichon/Galerie Paris-Beijing

17ème- e, 2017, épreuves chromogènes unique,195 x 127 cm ©Baptiste Rabichon/Galerie Paris-Beijing

Vue de l'exposition "A l’intérieur cet été"©Baptiste Rabichon/Galerie Paris Beijing

Netflix, 2018, épreuves chromogènes unique, 170 x 127 cm ©Baptiste Rabichon/Galerie Paris-Beijing

Vue de l'exposition "A l’intérieur cet été"©Baptiste Rabichon/Galerie Paris Beijing

Vue de l'exposition "A l’intérieur cet été"©Baptiste Rabichon/Galerie Paris Beijing

Vue de l'exposition "A l’intérieur cet été"©Baptiste Rabichon/Galerie Paris Beijing

Trulli
17ème, 2018, épreuves chromogènes unique 195 x 127 cm©Baptiste Rabichon/Galerie Paris-Beijing
Trulli
17ème, 2018, épreuves chromogènes unique, 195 x 127 cm©Baptiste Rabichon/Galerie Paris-Beijing
Trulli
17ème- f, 2017, épreuves chromogènes unique 195x127cm©Baptiste Rabichon/Galerie Paris-Beijing
Trulli
17ème- e, 2017, épreuves chromogènes unique,195 x 127 cm ©Baptiste Rabichon/Galerie Paris-Beijing
Trulli
Vue de l'exposition "A l’intérieur cet été"©Baptiste Rabichon/Galerie Paris Beijing
Trulli
Netflix, 2018, épreuves chromogènes unique, 170 x 127 cm ©Baptiste Rabichon/Galerie Paris-Beijing
Trulli
Vue de l'exposition "A l’intérieur cet été"©Baptiste Rabichon/Galerie Paris Beijing
Trulli
Vue de l'exposition "A l’intérieur cet été"©Baptiste Rabichon/Galerie Paris Beijing
Trulli
Vue de l'exposition "A l’intérieur cet été"©Baptiste Rabichon/Galerie Paris Beijing

#PARIS Baptiste Rabichon nous embarque dans un conte d’été au beau milieu de l’hiver parisien à la galerie Paris-Beijing.

“A l’intérieur cet été” prolonge sa série “Dame de Coeur” présentée en mars 2018, en référence à la reine de Lewis Carroll, et parsème à son tour une multitude de clins d’œil au personnage d’Alice au pays des merveilles.

L’exposition est introduite par deux nouvelles pièces qui n’ont rien à voir avec la série 17eme qui représente la colonne vertébrale du voyage proposé par Baptiste Rabichon. Révélant d’une certaine manière la fin d’un cycle et le début d’une nouvelle forme narrative, l’œuvre qui nous accueille intitulée Netflix recèle déjà tous les éléments d’une narration beaucoup plus intimiste, elle compile des fragments de vie avec une forme de composition plus complexe. Elle se traduit comme une double invitation : celle de l’exposition en cours et celle de susciter déjà le désir pour la prochaine. Le Lunettier, la seconde œuvre à ouvrir l’exposition, est clairement une invitation à changer notre angle de vue et à passer dans une dimension différente comme l’à fait Alice en entrant dans le Pays des merveilles.

Le voyage proposé est dans un monde estival au milieu des fleurs où apparait et disparait le corps d’une femme dénudée. Dans cet éden, nous partageons la taille de cette « Eve » qui a la même échelle que nous. Ici, ce sont les fleurs et les végétaux qui sont géants et créent un couloir trans-dimensionnel composé d’une quinzaine d’œuvres.

Comme un artisan, Baptiste Rabichon compose par couches successives utilisant toutes les techniques anciennes et modernes de la photographie. Comme un alchimiste, il expérimente de nouvelles manières de produire des images, mêlant analogique et numérique, alternant tirages, photogrammes, caches ou projections directes de fleurs naviguant ainsi de la chambre noire à l’écran d’ordinateur. Ce travail qu’il réalise dans le noir absolu implique une grande concentration et laisse, malgré tout, une part au hasard et à l’accident, ce qui confère aux œuvres une dimension fantastique.

Avec ces mille feuilles photographiques, Baptiste Rabichon crée une jungle florale dans laquelle le personnage fait corps avec la nature retrouvant ainsi l’harmonie et sa pleine vitalité. Mais au-delà, les œuvres exposées révèlent une friction entre négatif et positif, entre photographie et peinture et invitent le visiteur dans une odyssée entre réalité et fiction.
Un hymne à la nature, au paradis perdu !

Baptiste Rabichon
A l’intérieur cet été
24 janvier – 02 mars 2019

Galerie Paris-Beijing
62 rue de Turbigo 75003 Paris
www.galerieparisbeijing.com

Patrice Huchet

Passionné depuis son enfance par toutes les formes d’expression artistiques, il débute sa carrière dans le monde du tourisme où il pratiquera la photographie de voyage. Il rejoindra ensuite un...

Voir le profil de l'auteur

Plus d'articles Photo

A lire aussi

2 Mins.
#PARIS Catherine Balet donne des couleurs à la galerie Thierry Bigaignon et repousse les limites de la création photographique avec l’exposition « Moods in a room ». Après nous avoir étonné et amusé…
3 Mins.
#PARIS La galerie RX présente les visions kaléidoscopiques de Catherine Gfeller dans les mégalopoles. "China Drinftings" est une vibrante pulsation des villes avec l’humanité en ombre chinoise. Depuis trente ans, Catherine Gfeller développe une pratique…
4 Mins.
"Susciter du désir par rapport à l’objet photographique est important à l’ère du numérique" Marc Donadieu, conservateur en chef au musée de l'Elysée Lausanne   Orangerie, kiosque, volière...Passer un après-midi à la propriété Caillebotte (Yerres,…