Les dessins de Frédéric Fenoll entre “Enfer et paradis”

©Frederic Fenoll

©Frederic Fenoll

©Frederic Fenoll

Trulli
©Frederic Fenoll
Trulli
©Frederic Fenoll
Trulli
©Frederic Fenoll

#NICE Les dessins de Frédéric Fenoll s’énoncent au pluriel quand chacun d’eux, sur une même feuille, s’emboîte à un autre comme dans un jeu de poupées russes où chaque figure relate un instant de l’histoire de l’art. Quand cette vertigineuse remontée dans le temps est aussi le tremplin d’un saut dans le vide. Ou bien d’un envol vers ce feu d’un soleil où Icare se brûle les ailes…

L’espace du dessin devient alors ce lieu d’une dramaturgie où le temps du dessin, la linéarité du récit et les figures invoquées se croisent et se heurtent. Un thème médiéval rejoint le pop art, les orbes floraux de l’art nouveau se conjuguent aux fanzines et cette histoire occidentale se trouve absorbée par un espace japonais ou bien un paysage chinois qui s’empare de la mythologie égyptienne. L’artiste saisit cet afflux dans une nasse avec ses réseaux inextricables. Enfer et paradis se confondent. L’espace se dilate, se contracte ou se recompose sous des regards hallucinés, des constructions psychédéliques. Tout n’est plus qu’explosion et gestation, les ventres se chargent d’étoiles, les animaux les guettent dans leur silence sidéral, le ciel est un rideau de décombres géométriques, filaments de bave, yeux, spirales, bouches, signes, torsions…

Dans la lignée des grands visionnaires, l’artiste s’affronte à ce réel emmuré qu’il défie par une vision eschatologique ou son envers, le mythe d’un paradis perdu. On y croise William Blake, Félicien Rops ou Louis Soutter. On y devine le souffle de Dante. Et pourtant quelque chose de novateur s’impose ici : le regard de Frédéric Fenoll n’est pas tant en prise avec lui-même qu’avec les images que l’histoire de l’art restitue. Ce sont celles-ci qui deviennent la véritable trame du dessin. Elles en sont la genèse et elles portent l’intuition de formes nouvelles dont elles nous racontent la gestation.

De ce chaos qui soutient le dessin, la perfection du geste, la patience des traits, la précision des volumes désignent pourtant, paradoxalement, cet envers d’une renaissance à la fois placide et tourmentée, liée à cette obstination maniaque à se mesurer au monde. L’art est ce combat. Bruit et fureur. Mais aussi silence et recueillement. Tout alors se télescope pour un noir fécond dans lequel lignes et figures fouillent et élucident l’idée même du dessin, se mesurent à lui et trouvent la lumière.

 

Dessins de Frédéric Fenoll
7 Février – 30 mars 2019
Galerie Depardieu
6 Rue Dr Jacques Guidoni
06000 Nice

 

Plus d'articles Dessin

A lire aussi

« Je n’ai rien fait en matière d’art qui n’ait été l’expression d’une motivation profonde, d’une émotion, d’un désir de garder une trace, tout étant fugitif. » Il n’a suffi que de quelques heures…
4 Mins.
#NICE Issu du dessin, le noir et blanc ne s'enracine dans aucun ordre naturel mais s'est enrichi des conventions culturelles liées à la photographie et au cinéma. La mine de plomb, le graphite…
4 Mins.
C’est une autre réalité, un jeu brouillé, de formes déliées dans la pureté chromatique, faisant jaillir la beauté essentielle d’un monde aux prises à l’horreur d’aliénés. Cette promesse d’une torpeur diluée dans le…