Mitchell-Riopelle: Voyage sentimental et artistique en Bretagne

Joan MITCHELL-Untitled, 1952-1953 © Fondation Gandur pour l'Art, Genève, Photo M. Aeschimann © Estate of Joan Mitchell

Joan MITCHELL, Sans titre, 1957_Collection particulière, Paris © Estate of Joan Mitchell

Jean-Paul RIOPELLE Point de rencontre, 1963/FNAC 90069, Centre national des arts plastiques © Succession JP Riopelle © Adagp, Paris 2018,Cnap

Jean-Paul RIOPELLE Sans titre, 1964/Courtesy Galerie Jean Fournier, Paris © Succession JP Riopelle © Adagp, Paris 2018

Jean-Paul RIOPELLE Sans titre, 1958,Collection Université de Montréal © Succession JP Riopelle © Adagp, Paris 2018

Vue expo Mitchell Riopelle_Photo N. Savale © Succession Jean-Paul Riopelle © Adagp, Paris 2018 © Estate of Joan Mitchell © FHEL 2018

Vue expo Mitchell Riopelle_Photo N. Savale © Succession Jean-Paul Riopelle © Adagp, Paris 2018 © Estate of Joan Mitchell © FHEL 2018

Vue expo Mitchell Riopelle_Photo N. Savale © Succession Jean-Paul Riopelle © Adagp, Paris 2018 © Estate of Joan Mitchell © FHEL 2018

Vue expo Mitchell Riopelle_Photo N. Savale © Succession Jean-Paul Riopelle © Adagp, Paris 2018 © Estate of Joan Mitchell © FHEL 2018

Trulli
Joan MITCHELL-Untitled, 1952-1953 © Fondation Gandur pour l'Art, Genève, Photo M. Aeschimann © Estate of Joan Mitchell
Trulli
Joan MITCHELL, Sans titre, 1957_Collection particulière, Paris © Estate of Joan Mitchell
Trulli
Jean-Paul RIOPELLE Point de rencontre, 1963/FNAC 90069, Centre national des arts plastiques © Succession JP Riopelle © Adagp, Paris 2018,Cnap
Trulli
Jean-Paul RIOPELLE Sans titre, 1964/Courtesy Galerie Jean Fournier, Paris © Succession JP Riopelle © Adagp, Paris 2018
Trulli
Jean-Paul RIOPELLE Sans titre, 1958,Collection Université de Montréal © Succession JP Riopelle © Adagp, Paris 2018
Trulli
Vue expo Mitchell Riopelle_Photo N. Savale © Succession Jean-Paul Riopelle © Adagp, Paris 2018 © Estate of Joan Mitchell © FHEL 2018
Trulli
Vue expo Mitchell Riopelle_Photo N. Savale © Succession Jean-Paul Riopelle © Adagp, Paris 2018 © Estate of Joan Mitchell © FHEL 2018
Trulli
Vue expo Mitchell Riopelle_Photo N. Savale © Succession Jean-Paul Riopelle © Adagp, Paris 2018 © Estate of Joan Mitchell © FHEL 2018
Trulli
Vue expo Mitchell Riopelle_Photo N. Savale © Succession Jean-Paul Riopelle © Adagp, Paris 2018 © Estate of Joan Mitchell © FHEL 2018

#LANDERNEAU Le Fonds pour la Culture Hélène & Edouard Leclerc nous propose cet hiver de découvrir “un couple dans la démesure”. La peintre américaine Joan Mitchell (1925‑1992) et le peintre canadien Jean‑Paul Riopelle (1923-2002) sont de ces couples d’artistes où la passion amoureuse et la création se sont intimement entremêlées. L’angle proposé par le commissaire Michel Martin, historien d’art et spécialiste de l’art québécois, n’est donc pas de comparer les deux œuvres mais bien de tenter de mettre en perspective comment les pratiques de ces deux géants de l’art modernes se sont respectivement influencées. La grande frise photographique centrale représentant les deux artistes dans leur vie quotidienne de couple vient souligner avec beaucoup de pertinence ce parcours commun.

C’est donc logiquement que la chronologie de leur vie de couple qui va guider le visiteur tout au long de l’exposition. C’est à Paris qu’ils se rencontrent dans un cercle d’artistes américains que fréquentait aussi Jean-Paul Riopelle. La France sera dès lors leur dénominateur commun. L’attirance est immédiate et les effets de cette rencontre sont mesurables. Chez Mitchell, la forme concentrique éclate au profit d’une écriture gestuelle débridée qui anime la surface de la toile. Riopelle, quant à lui, fait pour sa part une place accrue au blanc comme élément structurel dynamisant ses compositions. La période des années rue Frémicourt (1959-1967) où ils vivent tous les deux est celle des résonances les plus évidentes, c’est celle aussi des premières dissonances de deux fortes personnalités. La distanciation va s’accentuer jusqu’en 1974 ou chacun va s’installer sur des territoires distincts.

La rupture (1978-1979) provoquera un profond sentiment d’abandon et de trahison pour Joan Mitchell. Cette lourde charge émotionnelle se traduira par la production d’un imposant polyptyque qu’elle intitulera, par dérision, La Vie en Rose. Cette relation tumultueuse trouvera un épilogue par le décès de Joan Mitchell qui s’éteint à Paris le 30 octobre 1992. A l’annonce du décès de Mitchell, Riopelle réalise un Hommage à Rosa Luxemburg, une longue fresque de 30 tableaux composés de signes et de codes, autant d’allusions à son ancienne compagne.

Cette exposition unique réunit principalement des tableaux de grand format et quelques œuvres sur papier, en provenance de plus d’une trentaine de prêteurs, de collections privées et muséales, françaises, canadiennes et américaines. Elle a été conçue par le Musée national des beaux-arts du Québec et réalisée en collaboration avec le Musée des beaux-arts de l’Ontario et le Fonds Hélène & Edouard Leclerc pour la Culture.

 

Mitchell / Riopelle – Un couple dans la démesure 
du 16 décembre 2018 au 22 avril 2019
Fonds pour la Culture Hélène & Edouard Leclerc
LES CAPUCINS
29800 LANDERNEAU
02 29 62 47 78
Ouvert tous les jours, de 10h à 18h, en continu

Thierry Forien

Thierry Forien est un directeur associé expérimenté avec une expérience démontrée dans l'industrie de l'importation (produits pétroliers, produits durs et textiles). Compétences, Négociation,...

Voir le profil de l'auteur

Plus d'articles Art contemporain

A lire aussi

#MONACO Penser la terre signifie pour un artiste l'éprouver charnellement. Ressentir ses blessures c'est aussi subir cette déchirure que l'activité artistique révèle et cautérise tout à la fois. Pour cela Philippe Pastor prélève…
#TOULOUSE Les Abattoirs, Musée-Frac Occitanie Toulouse, proposent, en collaboration avec le Musée Picasso de Paris, une exposition consacrée pour la première fois aux rapports entre Picasso et l’exil espagnol. Déployée sur les trois…
MAYDAY, MAYDAY, MAYDAY, un signal de détresse auquel on ne pourra peut-être répondre que par le secours de l'art et de la poésie.  « Je dirai quelque jour vos naissances latentes » écrivait Rimbaud dans…