Marilyn Monroe et Bert Stern, la séance immortelle

Bert Stern, Marilyn Nude on the bed, 1962, ed 34/50 4000€ (excl VAT) Pigment print printed 2013, 31,4x46,9 cm, edition of 50 Signed, titled, numbered on the print in red pencil. On the reverse, signed and photographer's stamp. Come with a certificate.

Trulli
Bert Stern, Marilyn Nude on the bed, 1962, ed 34/50 4000€ (excl VAT) Pigment print printed 2013, 31,4x46,9 cm, edition of 50 Signed, titled, numbered on the print in red pencil. On the reverse, signed and photographer's stamp. Come with a certificate.

#PHOTOCOLLECTION Au fil du temps, l’histoire de l’art a sélectionné les artistes qui comptent mais également les muses qui les ont rendu célèbres.

Un collectionneur a le droit de savoir si le temps ne va pas influer sur les modes et sur sa collection. Pour cela il peut se fier à plusieurs critères. L’un d’entre eux, toujours rassurant est le sujet. Une chose est certaine, les icônes sont intemporelles, une référence, une sécurité et elles peuvent mettre en lumière des artistes ou même des collections toutes entières.

Marilyn Monroe est et restera la marque du glamour par excellence depuis Andy Warhol en passant par Vik Muniz, Eve Arnold, Richard Avedon ou Bert Stern dans son célèbre Last Sitting.

Elle a permis aux artistes d’exister sur la scène internationale et certains d’entre eux ne sont connus que par cette actrice aux dimensions universelles. Comment Bert Stern aurait-il pu imaginer que sa séance de juin 1962 en présence de Marilyn Monroe deviendrait la dernière de l’actrice américaine avant sa disparition au mois d’août ?

La qualité de l’œuvre est primordiale, le sujet également mais l’importance historique et la rareté sont aussi la clé de cette oeuvre. En effet, il n’y en aura pas d’autres.

Avec quatre heures de retard, Marilyn Monroe arrive à l’hôtel Bel-Air de Los Angeles. L’auteur et son égérie se verront à trois reprises totalisant douze heures de shooting et d’échange. La série est absolument époustouflante. Marilyn pose nue et Stern l’immortalise environ 2500 fois. La commande de Vogue est donc respectée. L’attachée de presse de Marilyn Monroe, Patricia Newcomb suggère à Stern d’apporter du Dom Pérignon. La magie opère et la star est au pinacle de son propre rôle. Devant le succès de ses photographies, Bert Stern édite une nouvelle série sur tirage pigmentaire. Leur qualité est à l’épreuve du temps, de quoi rendre hommage à la plus grande et brillante étoile du cinéma.

 

Précision de l’auteur sur les conditions du tirage: Tirage pigmentaire imprimé 2013, 31,4×46,9 cm, édition de 50. Signé, titré, numéroté sur l’épreuve au crayon rouge. Au verso, signé et cachet du photographe. Livré avec un certificat.

 

A lire aussi

#BERN La lune décidément suscite depuis la nuit des temps nombre de fantasmes. Le Grand Palais à Paris consacre jusqu'au 22 juillet, une exposition dédiée au satellite terrestre et interroge sa représentation dans l'imaginaire des…
#LE MUY Ce supplément d'âme qui auréole une œuvre tient souvent au lieu qui l'accueille. La Fondation Venet au Muy dans le Var se déploie dans la perfection des cinq hectares d'un parc…
#PARIS Chicago est sans doute l’une des grandes métropoles américaines à avoir su faire preuve d’une réelle et totale indépendance artistique. Alors que New York, dans les années 40, se tournait vers l’expressionisme abstrait,…