UN dessin…Un trait! Hommage à Pierrette Bloch

1340©Pierrette Bloch

1344©Pierrette Bloch

©Pierrette Bloch

460©Pierrette Bloch

1490©Pierrette Bloch

Trulli
1340©Pierrette Bloch
Trulli
1344©Pierrette Bloch
Trulli
©Pierrette Bloch
Trulli
460©Pierrette Bloch
Trulli
1490©Pierrette Bloch

« J’entreprends un long voyage sur une feuille, je m’enveloppe dans ce parcours ; ce n’est plus une surface, mais une aventure dans le temps. Le format n’existe plus. » Pierrette Bloch

C’est une exposition hommage que rend la Galerie Karsten Greve en son espace de la rue Debelleyme couplée à un solo show lors de Drawing Now Art Fair 2019. Curatée par David Quéré, elle présentait une sélection de dessins de cette pionnière de l’art abstrait s’étendant des années 70 jusqu’en 2016.

Née en 1928 et décédée en 2017, l’artiste française Pierrette Bloch puise sa force créatrice dans les éléments fondamentaux de la pratique artistique. Son esthétique épurée, réduite au formes les plus simples, est un choix quitte pour ne retenir que la pure essence de l’art et invite le spectateur à un voyage au rythme d’une gestuelle répétée et onirique.

Surnommée « l’artiste du presque-rien », Pierrette Bloch emploie uniquement le noir et le blanc dans une recherche d’abstraction tendant à en accroître la poésie. Par contre, elle faisait varier les supports papier. Dans les années 70, une ligne souple exécutée hâtivement vient remplir sa feuille. Puis le papier Kraft introduit la couleur marron dans le duo chromatique. Enfin, dans ses dernières années, elle travaillait le papier noir en contraste avec les boucles blanches. Quelque soit le format, son travail abstrait joue toujours sur le mouvement : parfois des lignes, parfois des points, des surfaces légères ou des spirales qui se matérialiseront en sculpture de crins de cheval. Cette symphonie se termine par un travail sur papier transparent, complètement blanc. La forme la plus poussée de son œuvre abstraite, comme un effacement, à commencer par soi : « Dire ce que je fais ? Mais non, je peux le faire, mais pas le dire » soulignait Pierrette Bloch.

Cette économie de moyen lui permet de produire une œuvre libre et libérée. Libérée de la matière et du temps, elle qui aimait dire «  Je crois que toute ma vie, j’ai cherché à dessiner le temps… ». Des signes clairs et le rythme des aplats constituent un langage sensoriel invitant  l’introspection secrète et silencieuse. Chaque papier est un abyme de traces, d’empreintes mystiques dont la touche encrée effleure délicatement le support. Considérée par ses pairs comme une artiste pionnière de l’art abstrait, Pierrette Bloch possédait surtout cette grâce à travailler l’abstraction dans sa forme la plus évanescente. Toujours la rigueur du trait, la même tonalité de couleur, où la légère dilution viendrait détruire la sincère harmonie de cette œuvre minimaliste. Rigueur d’application, exécution protocolaire et surtout l’abstraction et l’exploration du mouvement de la ligne, comme une danse. « Travail silencieux et pudique fait de trois fois rien » disait-elle. Sans début ni fin.

 

Pierrette Bloch
Un certain nombre d’œuvres, 1971-2016
Galerie Karsten Greve
5, rue Debelleyme
75003 Paris
France

Marlène Pegliasco

Diplômée d’un Master en Histoire de l’Art et habitant à Toulon,j'ai créé le blog Art In Var (www.artinvar.fr) afin de partager avec mes lecteurs, la riche actualité artistique de ce beau dé...

Voir le profil de l'auteur

Plus d'articles Dessin

A lire aussi

#MONACO De la volonté de fédérer les acteurs culturels monégasques est née la Monaco Art Week, un circuit culturel composé de galeristes et de maisons de vente qui offrent aux visiteurs des expositions riches…
3 Mins.
La femme et la guerre sont les deux sujets de prédilections de Viktoriia Sviatiuk. Cet artiste de 29 ans, née à Kiev en Ukraine, a étudié les arts plastiques dans son pays natal…
Déconcertante et déroutante. L’exposition de Daniel Steegmann Mangrané, « Ne voulais prendre ni forme, ni chair, ni matière », visible jusqu’au 28 avril 2019 à l’IAC de Villeurbanne, n’est pas de celle que…