Azimuth, la nature sublimée à la galerie Eva Vautier

Promenade : Chromatique Littorale ©Anne-Laure Wuillai Photo©Benoît Barbagli

Azimuth, vue d'exposition (étage #1), Galerie Eva Vautier, © photo Benoît Barbagli

Azimuth, vue d'exposition (étage #2), Galerie Eva Vautier, © photo Benoît Barbagli

Azimuth, vue d'exposition (grande salle), Galerie Eva Vautier, © photo Benoît Barbagli

Azimuth, vue d'exposition (grande salle), Galerie Eva Vautier, © photo Benoît Barbagli

Azimuth, vue d'exposition (RDC), Galerie Eva Vautier, © photo Benoît Barbagli

Benoit Barbagli, Il y a comme un lien entre la vie la musique et l'eau,2019 - Evan Bourgeau, Mon psychanaliste est un poisson, 2019, © photo Benoît Barbagli

Benoît Barbagli, On a essayé de s'endormir sous l'eau - 4, 2018, © Benoît Barbagli

Camille Franch-Guerra, Convivencia, 2019, © photo François Fernandez

Evan Bourgeau, Performance du désir, 2019 - Benoît Barbagli, La vague, Saint-Jean-Cap-Ferrat, 2018, © photo François Fernandez

Evan Bourgeau, Poème banal décoré rose, 2019, © photo François Fernandez

Omar Rodriguez Sanmartin, Murène, 2019, © photo François Fernandez

Omar Rodriguez Sanmartin, Pepinière d'outils - Slow Growing Handle, 2016 - 2019, © photo François Fernandez

Tom Barbagli, Boussole - Tous asimuts, 2019, © photo François Fernandez

Tom Barbagli, Eclipse, 2019, © photo Benoît Barbagli

Trulli
Promenade : Chromatique Littorale ©Anne-Laure Wuillai Photo©Benoît Barbagli
Trulli
Azimuth, vue d'exposition (étage #1), Galerie Eva Vautier, © photo Benoît Barbagli
Trulli
Azimuth, vue d'exposition (étage #2), Galerie Eva Vautier, © photo Benoît Barbagli
Trulli
Azimuth, vue d'exposition (grande salle), Galerie Eva Vautier, © photo Benoît Barbagli
Trulli
Azimuth, vue d'exposition (grande salle), Galerie Eva Vautier, © photo Benoît Barbagli
Trulli
Azimuth, vue d'exposition (RDC), Galerie Eva Vautier, © photo Benoît Barbagli
Trulli
Benoit Barbagli, Il y a comme un lien entre la vie la musique et l'eau,2019 - Evan Bourgeau, Mon psychanaliste est un poisson, 2019, © photo Benoît Barbagli
Trulli
Benoît Barbagli, On a essayé de s'endormir sous l'eau - 4, 2018, © Benoît Barbagli
Trulli
Camille Franch-Guerra, Convivencia, 2019, © photo François Fernandez
Trulli
Evan Bourgeau, Performance du désir, 2019 - Benoît Barbagli, La vague, Saint-Jean-Cap-Ferrat, 2018, © photo François Fernandez
Trulli
Evan Bourgeau, Poème banal décoré rose, 2019, © photo François Fernandez
Trulli
Omar Rodriguez Sanmartin, Murène, 2019, © photo François Fernandez
Trulli
Omar Rodriguez Sanmartin, Pepinière d'outils - Slow Growing Handle, 2016 - 2019, © photo François Fernandez
Trulli
Tom Barbagli, Boussole - Tous asimuts, 2019, © photo François Fernandez
Trulli
Tom Barbagli, Eclipse, 2019, © photo Benoît Barbagli

#NICE Souvent une exposition collective se réduit à la juxtaposition d’œuvres résultant d’une opportunité de circonstance. Un thème unificateur ne suffit pas toujours à construire un récit chargé d’un concept et d’une forme au point que le schéma narratif lui-même en devienne illisible. L’intérêt de l’exposition « Azimuth » , au-delà de la qualité et de la pertinence des pièces exposées, réside dans leur mise en scène au travers d’une démarche commune. Encore faudrait-il plutôt parler de « marche » puisque le projet naquit à partir d’une randonnée en montagne de sept artistes dont chacun rapporte ici un témoignage à travers des pratiques très diverses. Les uns se référant explicitement à l’idée de nature, les autres au souvenir, au collectif ou à des errances hors du chemin, et pourquoi pas vers la mer. Anne-Laure Wuillai nous propose ainsi des pièces d’une extrême pureté dans la palpitation des vagues ou le silence profond de l’eau. L’histoire du blanc et du bleu entre saturation et disparition. Il s’agit donc pour tous ces artistes de restituer une expérience humaine et esthétique, d’en écrire une histoire commune.

Le défi est parfaitement relevé : Les œuvres se greffent entre elles sans hiatus et, au contraire, la personnalité de chacune joue sur le registre du merveilleux tant l’assemblage est subtil et s’enrichit parfois même par le fait de son incongruité. Camille Frach-Guerra parvient à tisser un fil conducteur entre les espaces de la galerie et les œuvres en jouant sur la lumière, le grand écart des formats, les souvenirs, une chose anodine, une coquille d’escargot par exemple, et surtout le rappel de voyages dans lesquels la biographie se mêle au documentaire. La mise en scène devient un spectacle en elle-même et, ici, les œuvres ne cessent de s’interpeller, de se confronter mais surtout de se sourire. Histoire d’amitiés, d’ironies et de différences. Omar Rodriguez Sanmartin laisse de jeunes pousses d’arbres dans la neutralité noire de leur pot de plastique qui se mesurent à l’horizontalité de la lame d’une hache. Cette humilité poignante, métaphore de la vie et de la mort, interpelle le spectateur dès la vitrine dans la rue où d’autres arbres se reflètent. L’espace se dilate, tous azimuts, entre réalité et rêverie. On y croise d’étranges architectures qui se réalisent par imprimante 3D (Florent Testa), des photographies immersives dans une nature onirique ou dans leur spontanéité vers un retour ironique aux origines (Benoît Barbagli). Le paysage est une construction de l’esprit, il y a en lui de l’écriture, du fragment, de l’inachevé, voire du vide à rebours de cette pensée qui l’aurait fait naître. C’est ce que développe Evan Bourgeau tandis que Tom Barbagli en figure l’exploration à partir d’objets improbables. La convivialité est ici de mise dans ces temps où, en art comme ailleurs, l’individualisme domine. Dans cette nature réelle, rêvée ou sublimée, une brin de nostalgie transparaît alors. Cette quête d’une nature à l’instar d’un paradis perdu ne parle-t-elle pas aussi d’une perte de notre humanité ?

 

Azimuth, une exposition collective avec Benoît Barbagli, Tom Barbagli, Evan Bourgeau, Camille Franch-Guerra, Omar Rodriguez Sanmartin, Florent Testa, Anne- Laure Wuillai

13 avril-28 mai 2019

Galerie Eva Vautier

 2 Rue Vernier, 06000 Nice

 

Plus d'articles Art contemporain

A lire aussi

#MARSEILLE  Un autre monde/Dans notre monde  questionne tous azimuts notre rapport au réel à travers de nombreux secteurs de la création et de la connaissance, aux frontières de la science, de la tradition,…
#NICE Comme issues des racines du temps, des décoctions d'épices, des ajouts d'ocres saisis par les caprices du soleil et des intempéries imprègnent la toile du peintre. La lumière surgit alors dans la…
#NICE Loin des lignes angulaires et des strates colorées de Cézanne, se détournant de la matière vivante de Van Gogh pour une même quête de cette essence du monde que la peinture révélerait,…