Edward Hopper fera-t-il l’évènement chez sotheby’s?

EDWARD HOPPER, SHAKESPEARE AT DUSK, 1935. ESTIMATE $7,000,000–10,000,000.

Trulli
EDWARD HOPPER, SHAKESPEARE AT DUSK, 1935. ESTIMATE $7,000,000–10,000,000.

#NEW YORK Les toiles de Edward Hopper sont suffisamment rares aux enchères et lorsque l’une d’elles apparait dans un catalogue, c’est l’événement assuré. Celui-ci aura donc lieu le 21 mai prochain à New-York lors de la traditionnelle vente d’art américain organisée par Sotheby’s.

“Shakespeare at Dusk”, peinte en 1935 et qui sera l’une des pièces majeure de la soirée appartient à la série de paysages urbains de New York de Hopper – sujet qu’il a exploré au début de sa carrière alors qu’il étudiait sous la direction de Robert Henri et qu’il a continuera jusqu’à sa mort en 1967.

Elle représente la statue du dramaturge anglais érigée à Central Park, sans doute l’unique témoignage d’une influence littéraire sur l’œuvre d’Edward Hopper, ce qui ajoute encore à la rareté de cette pièce. Elle est peinte, à la tombée du jour, dans cette lumière si particulière qu’on appelle “entre chien et loup” et qu’Hopper avec son infini maitrise de la couleur retranscrit à la perfection. On imagine, en cet fin d’après-midi d’automne, le peintre, Edward Hopper, s’en approcher. Il la croque, vue de dos, et l’installe dans la partie basse, à gauche du tableau, comme un détail alors qu’elle en constitue pourtant l’élément “central” qui attire l’œil immédiatement et révèle le talent de composition, le souci de la précision.

“Shakespeare at Dusk” capture cette poésie visuelle du crépuscule si particulière de cette ville-monde, lorsque la cacophonie des tramways et des lignes de trains aériens font place s’estompent dans la nuit. Cette scène magique de Central Park fait partie de la célèbre série de paysages urbains de New York de Hopper – sujet qu’il a exploré au début de sa carrière alors qu’il étudiait sous la direction de Robert Henri et qu’il a continuera jusqu’à sa mort en 1967.

Rareté toujours, il s’agit du seul témoignage – et hommage – de l’influence littéraire sur l’œuvre d’Edward Hopper.  L’estimation est assez basse, de 7 à 10 millions de dollars lorsqu’on la compare aux envolées des dernières pièces de l’artiste américain. L’an dernier, “Chop Suey”, une toile autrement plus célèbre de l’artiste, s’était arrachée à plus de 90 millions de dollars.

Est ce une volonté de Sotheby’s de composer un évènement dans un contexte un peu morose? La stratégie sera-t-elle efficace pour faire revenir les acheteurs vers New York? .

Rendez-vous le 21 mai pour savoir, si comme David Hockney ou René Magritte, les estimations seront pulvérisées!

 

Sotheby’s New York

Vente Art Américain

21 mai 2019

10:00 AM (heure locale)

 

 

Lili Tisseyre

Journaliste puis directrice de production, Lili Tisseyre dirige la création et la gestion éditoriale des premiers contenus web pour les émissions de télé-réalité du groupe Endemol au début des...

Voir le profil de l'auteur

Plus d'articles Art contemporain

A lire aussi

#NICE Comme issues des racines du temps, des décoctions d'épices, des ajouts d'ocres saisis par les caprices du soleil et des intempéries imprègnent la toile du peintre. La lumière surgit alors dans la…
#NICE Loin des lignes angulaires et des strates colorées de Cézanne, se détournant de la matière vivante de Van Gogh pour une même quête de cette essence du monde que la peinture révélerait,…
#LANDERNEAU Le Fonds pour la Culture Hélène & Edouard Leclerc nous propose cet hiver de découvrir “un couple dans la démesure”. La peintre américaine Joan Mitchell (1925‑1992) et le peintre canadien Jean‑Paul Riopelle (1923-2002) sont…