Picasso et l’exil, une histoire de l’art espagnol en résistance

Rideau de Picasso ©Jean-Marie Monthier ©ADAGP

Julio Gonzalez, Main droite levée n°1, 1942, collection Julio Gonzalez Administration, bronze, 44 x 15 x 14 cm © courtesy Julio Gonzalez Administration

Friedel Bohny-Reiter, Femmes dans les camps, 1942 © courtesy Archives départementales des Pyrénées-Orientales, fonds Friedel Bohny-Reiter, 1Ph 1/64.

Dora Maar, "Picasso sur un escabeau peignant « Guernica » dans l’atelier des Grands-Augustins", mai-juin 1937, épreuve gélatino-argentique, 20,5 x 19,3 cm collection Musée national Picasso - Paris, © Succession Picasso, Paris © ADAGP, Paris, 2017 ; photo. © RMN-Grand Palais (Musée national Picasso- Paris) / image RMN-GP

Carles Fontsere, Les Haras, 1939, collection Musée d’art Hyacinthe Rigaud, Perpignan, crayon sur papier, 31 x 24 cm © droits réservés ; photogr. Ville de Perpignan – Pascale Marchesan

Antoni Clavé, Composition avec 4 gants, 1970, collection les Abattoirs Musée - Frac Occitanie Toulouse, Huile et sérigraphie, collages et techniques mixtes sur toile, 146 x 131 cm © Adagp, Paris, 2018 ; photogr. Auriol-Gineste

Roberta Gonzalez, Visage anguleux, 1937, collection Julio Gonzalez Administration, encre et crayon sur papier, 51 x 34,2 cm © courtesy Julio Gonzalez Administration

Trulli
Rideau de Picasso ©Jean-Marie Monthier ©ADAGP
Trulli
Julio Gonzalez, Main droite levée n°1, 1942, collection Julio Gonzalez Administration, bronze, 44 x 15 x 14 cm © courtesy Julio Gonzalez Administration
Trulli
Friedel Bohny-Reiter, Femmes dans les camps, 1942 © courtesy Archives départementales des Pyrénées-Orientales, fonds Friedel Bohny-Reiter, 1Ph 1/64.
Trulli
Dora Maar, "Picasso sur un escabeau peignant « Guernica » dans l’atelier des Grands-Augustins", mai-juin 1937, épreuve gélatino-argentique, 20,5 x 19,3 cm collection Musée national Picasso - Paris, © Succession Picasso, Paris © ADAGP, Paris, 2017 ; photo. © RMN-Grand Palais (Musée national Picasso- Paris) / image RMN-GP
Trulli
Carles Fontsere, Les Haras, 1939, collection Musée d’art Hyacinthe Rigaud, Perpignan, crayon sur papier, 31 x 24 cm © droits réservés ; photogr. Ville de Perpignan – Pascale Marchesan
Trulli
Antoni Clavé, Composition avec 4 gants, 1970, collection les Abattoirs Musée - Frac Occitanie Toulouse, Huile et sérigraphie, collages et techniques mixtes sur toile, 146 x 131 cm © Adagp, Paris, 2018 ; photogr. Auriol-Gineste
Trulli
Roberta Gonzalez, Visage anguleux, 1937, collection Julio Gonzalez Administration, encre et crayon sur papier, 51 x 34,2 cm © courtesy Julio Gonzalez Administration

#TOULOUSE Les Abattoirs, Musée-Frac Occitanie Toulouse, proposent, en collaboration avec le Musée Picasso de Paris, une exposition consacrée pour la première fois aux rapports entre Picasso et l’exil espagnol. Déployée sur les trois étages des Abattoirs, elle explore comment le bouleversement historique et personnel de l’exil a touché Picasso, et nombre d’artistes qui lui étaient contemporains. Cette exposition ouverte propose également de mettre les œuvres de Picasso et des artistes de la diaspora espagnole en dialogue avec des œuvres d’artistes contemporains.

Picasso n’était pas un exilé de guerre comme la plupart de ses contemporains, c’était un artiste émigré volontaire, devenu exilé malgré lui puisque dans l’impossibilité de retourner dans son Espagne natale. Ce lien inconditionnel au pays tisse de formidables relations avec tous les exilés qu’il a soutenus, en particulier les artistes, et renforce son engagement contre le franquisme et pour la paix. L’exposition présente le travail de ces artistes espagnols et aborde ensuite le thème de la résistance culturelle, artistique et humaniste qui se poursuit dans l’après Seconde Guerre Mondiale.

L’exposition se déploie sur toute la région dans une vingtaine de lieux avec près de soixante-dix artistes. Une expo aux fortes résonnances historiques locales et internationales puisqu’en 1939 pas moins de 500.000 réfugiés espagnols traversèrent la frontière en moins de deux mois pour transiter dans toute la région dans des camps de réfugiés souvent aux conditions de vie indignes qui ne sont pas sans rappeler les camps de réfugiés actuels partout dans le monde. Au rez-de-chaussée se développe plus particulièrement les œuvres créées lors la Retirada, par les artistes dans les camps de réfugiés. L’art comme acte de résistance, l’art comme souffle de vie, comme moyen de subsistance et de participation à la vie locale, l’art comme outil de reconstruction. L’exposition s’ouvre d’ailleurs sur une œuvre panoramique réalisée dans une de ces petites églises occitanes de la région.
Dans la salle qui jouxte, des œuvres touchantes, dessins, photographies, aquarelles, documentent la triste vie dans les camps. Réalisées sur toute sorte de supports ; toiles de jutes de sacs de pommes de terre, petits carnets, feuilles de papier, elles sont mises en dialogue avec une œuvre de Nissrine Seffar . Une œuvre contemporaine réalisée à partir de clichés du camp de Rivesaltes reproduits sur des briques de plâtre. Quatre-vingts briques rehaussées d’ocre jaune (couleur paradoxale pour l’artiste ; d’interdit dans le cas de la ligne jaune et de liberté car couleur solaire), alignées qui semblent défiler comme un film. Nissrine tente avec ce plâtre une sorte de réparation comme le plâtre utilisé en médecine. Une magnifique œuvre qui donne des couleurs et une dose d’espoir dans cette salle aux accents plutôt tristes. Le parcours se poursuit en présentant les œuvres d’artistes de l’exil espagnol autour de Picasso : Luiz Fernandez, Oscar Dominguez, Pedro Flores, Antoni Clavé… et surtout une magnifique Roberta Gonzalez qui, dans l’ombre de son mari Julio Gonzalez, réalisa des petites merveilles.

L’expo présente également des œuvres de résistance et relate les différentes expositions militantes ainsi que les rapports qu’entretenait Picasso avec l’Espagne. On voit ainsi Picasso confronté à l’histoire, au Front populaire, à la Guerre d’Espagne, Picasso et Franco, Picasso et la seconde guerre mondiale et Picasso comme dernier Don Quichotte dans sa nostalgie de l’Espagne notamment avec Guernica. Sont évoqués les voyages de ce tableau mythique devenu une œuvre de lutte et de paix et ici fétichisé avec notamment l’exposition des restes de son ancien châssis. Une sorte de squelette archéo-artistique comme on peut en voir dans les musées d’histoire naturelle.
Ce tableau fascinant, œuvre mythologique et très politique, fut l’objet de nombreuses revisites, réinterprétations ou hommages par de nombreux artistes. On peut voir ici quelques exemples : filmiques avec les films d’Alain Resnais, Robert Flaherty ou plastique avec la revisite impressionnante en bas relief sur panneau de bois de Damien Deroubaix.

Au sous sol nous sommes accueillis par le monumental rideau de scène de théâtre créé en 1936, La Dépouille du Minotaure en Costume d’Arlequin, donné par l’artiste en 1965 à la Ville de Toulouse, alors capitale de l’exil espagnol. Sont présentées plus de trente œuvres de Picasso (peintures, dessins, gravures, sculptures et livres) et viennent s’ajouter plus d’une centaine de photographies et d’archives inédites, notamment d’archives personnelles de Pablo Picasso, conservées au Musée national Picasso-Paris.

Ensuite au premier étage de ce magnifique bâtiment, le parcours propose « Dulces Sueños » qui met l’accent sur la scène contemporaine espagnole avec une dizaine d’artistes espagnols de la jeune génération, natifs ou originaires d’Amériques latine, dont les œuvres sont marquées par l’engagement. Elle s’ouvre sur une vidéo de Carlos Aires ; un étonnant tango, danse argentine de l’exil, interprété dans un décor historique baroque par deux policiers casqués en tenue de combat, au son de Sweet Dreams (Dulces Sueños) de Eurythmics.

Une exposition où résonnent encore les chants révolutionnaires et les « hasta siempre ».

Avec les œuvres de :
Edouard Arroyo – Marti Bas – Friedel Bohny-Reiter – Xavier Bueno – Luis Buñuel – Robert Capa – Ubaldo Izquierdo Carvajal – Antoni Clavé – Mercedes Comaposada Guillé – Honorio Garcia Condoy – Pere Créixams – Oscar Domiguez – Equipo Cronica – Apel/les Fenosa – Luis Fernandez – J.Fin (Josefin Vilato) – Robert Flaherty – Pedro Flores – Carles Fontserè – Julio Gonzalez – Roberta Gonzalez – Francisco de Goya – Emilio Grau Sala – Hans Hartung – Joan Jordà – Antonio Rodriguez Luna – Baltasar Lobo – Dora Maar – Josep Marti – Blasco Mentor – François Miro – Joan Miro – Manuel Angeles Ortiz – Gines Parra – José Palmeiro – Joaquim Peinado – Pablo Picasso – Josep Ponti – Joan Rebull – Robert Hessens & Alain Resnais – Roa – Antonio Saura – Antoni Tàpies – Bonaventura Trepat – Remedios Varo – Javier Vilato – Hernando Viñes

Artistes contemporains invités :
Pilar Albarracin – Carlos Aires – Aniel Adujar – Babi Badalov – Eduardo Basualdo – Jordi Colomer – Hélène Delprat – Democracia – Damien Deroubaix – Esther Ferrer – Dora Garcia – Nuria Güell – Amjad Ghannam & Khaled Hourani – Glend Leon – Robert Longo – Eugenio Merino – Chiara Mulas & Serge Pey – Daniela Ortiz – Pedro G. Romero – Nissrine Seffar – Oriol Vilanova

15 mars / 25 août 2019

Picasso et l’exil, une histoire de l’art espagnol en résistance

Les Abattoirs, Musée – Frac Occitanie Toulouse
76 allées Charles de Fitte
31300 Toulouse

Patrice Huchet

Passionné depuis son enfance par toutes les formes d’expression artistiques, il débute sa carrière dans le monde du tourisme où il pratiquera la photographie de voyage. Il rejoindra ensuite un...

Voir le profil de l'auteur

Plus d'articles Art contemporain

A lire aussi

#MONACO Penser la terre signifie pour un artiste l'éprouver charnellement. Ressentir ses blessures c'est aussi subir cette déchirure que l'activité artistique révèle et cautérise tout à la fois. Pour cela Philippe Pastor prélève…
MAYDAY, MAYDAY, MAYDAY, un signal de détresse auquel on ne pourra peut-être répondre que par le secours de l'art et de la poésie.  « Je dirai quelque jour vos naissances latentes » écrivait Rimbaud dans…
#NEW YORK Les toiles de Edward Hopper sont suffisamment rares aux enchères et lorsque l'une d'elles apparait dans un catalogue, c'est l'événement assuré. Celui-ci aura donc lieu le 21 mai prochain à New-York lors…