Un dessin…Un trait! Rencontre avec Claire Morel

©Claire Morel

©Claire Morel

Série Contes chevelus 2018 graphite sur papier Vélin 20X30cm©Claire Morel

Série Contes chevelus 2018 graphite sur papier Vélin 20X30cm©Claire Morel

Trulli
©Claire Morel
Trulli
©Claire Morel
Trulli
Série Contes chevelus 2018 graphite sur papier Vélin 20X30cm©Claire Morel
Trulli
Série Contes chevelus 2018 graphite sur papier Vélin 20X30cm©Claire Morel

Elle sonde la face cachée de l’âme humaine, façonne des êtres fantastiques, fait naître des images improbables de récits imaginaires et crée, au final, une nouvelle réalité. Figuratif et narratif, le dessin de Claire Morel se nourrit de multiples références graphiques et artistiques.

Second Prix DDessin 2017, Claire Morel expose ses œuvres insolites et irréelles à la Galerie Vachet-Delmas à Sauve dans le Gard jusqu’au 07 juillet 2019.

Marlène Pegliasco : Claire, pourriez-vous parler de votre parcours?
Claire Morel : Je suis née le 21 juin 1974 et je vis et travaille à Rennes. J’ai étudié les Arts Plastiques à l’Université de Rennes puis j’ai suivi une formation en décoration à Nantes. Je dessine depuis une dizaine d’années et expose régulièrement en France, en Espagne et en Corée. Dans mon travail, je me nourris d’images, et questionne le lien entre soi et les autres. Ce lien est un monstre qui engloutit les figures que je dessine, il fragmente leurs pensées. Le corps et l’âme sont loin d’une stabilité tranquille et d’une routine sereine.
Marlène Pegliasco : Parlez-nous de votre exposition actuelle à la Galerie Vachet-Delmas?
Claire Morel : Les contes chevelus, c’est un travail sur la mémoire et sur les contes, ces histoires inventées pour amener les enfants au monde adulte. D’où une certaine cruauté mais aussi une certaine binarité morale. Je voulais me les réapproprier et aussi en inventer d’autres en y amenant de la fantaisie, de l’humour et surtout de l’ambigüité, en cassant les codes du bien et du mal.
Marlène Pegliasco: Que traduit pour vous le dessin?
Claire Morel :Le dessin est et a toujours été ma pratique principale depuis l’enfance, un compagnon fidèle de l’ennui et un véhicule idéal pour voyager dans mes pensées. Je le compare volontiers à un tapis volant dont le chauffeur serait le hasard, chaque dessin est un saut vers l’inconnu pour moi et il doit laisser un très large champ d’interprétation au regardeur qui pourra ainsi s’il le souhaite le transformer à sa guise.

 

Portrait d’une dessinatrice :
Si vous étiez un dessin : un dessin de vieillesse de n’importe quel artiste, celui ou la liberté prend le pas sur toutes formes de bienséance.
Votre technique préférée : la mine de plomb accompagnée de l’aquarelle
Le support le plus insolite pour créer : un miroir
“Dessiner c’est comme” : Jeter un sort pour essayer de transformer la réalité.

Marlène Pegliasco

Diplômée d’un Master en Histoire de l’Art et habitant à Toulon,j'ai créé le blog Art In Var (www.artinvar.fr) afin de partager avec mes lecteurs, la riche actualité artistique de ce beau dé...

Voir le profil de l'auteur

Plus d'articles

A lire aussi

#LONDRES PhotoLondon qui ouvre ses portes pour sa cinquième édition, est sans conteste, l'occasion de s'attarder sur l'évolution des modes de consommation du marché de l'art et plus particulièrement du marché de la…
#PARIS C'est à l'occasion d'Art Paris que nous avons rencontré François Réau. Artiste pluridisciplinaire, son travail s’articule principalement autour du dessin et de l’installation. Son œuvre soulève le principe de l’apparition et de…
4 Mins.
C’est une autre réalité, un jeu brouillé, de formes déliées dans la pureté chromatique, faisant jaillir la beauté essentielle d’un monde aux prises à l’horreur d’aliénés. Cette promesse d’une torpeur diluée dans le…