Suspendre le temps au Domaine de Chaumont-sur-Loire

©Christian Renonciat

©Gao Xingjiang

©Gao Xingjiang

©Janaina Mello Landini Ciclotrama

©Ma Desheng

©Vincent Mauger

©Vincent Mauger

Trulli
©Christian Renonciat
Trulli
©Gao Xingjiang
Trulli
©Gao Xingjiang
Trulli
©Janaina Mello Landini Ciclotrama
Trulli
©Ma Desheng
Trulli
©Vincent Mauger
Trulli
©Vincent Mauger

#CHAUMONT-SUR-LOIRE La nouvelle Saison d’Art du Domaine de Chaumont-sur-Loire est un parcours d’art contemporain dans un écrin de verdure et de pierre dominant le fleuve sauvage. Douze artistes contemporains sont invités à occuper les lieux afin de créer les étapes d’un voyage poétique concocté par Chantal Colleu-Dumond , directrice du Domaine Régional de Chaumont-sur-Loire.

Investissant tout le domaine, les écuries, la ferme et les communs, tous les étages du château et s’échappant dans le parc, le parcours d’art contemporain de cette saison est sous le signe du rêve et de la poésie. Le temps est une composante sous jacente dans de nombreuses œuvres. Le temps est souvent suspendu, conjugué à des notions philosophiques, symboliques, scientifiques avec les œuvres de Stephane Thidet, Janaina Mello Landini… Celui d’Agnès Varda est suspendu au bonheur, celui de Gao Xingjian se reflète dans un espace intérieur. Côme Mosta-Heirt, Cornélia Konrads, Luzia Simons, Marc Couturier jouent les apprentis sorciers. Ils ont l’art de la matière pour nous tromper comme le magicien Christian Renonciat qui tord la matière ; sous ses doigts le bois se fait carton ou molleton. Pendant ce temps, El Anatsui dresse fièrement dans le parc au dessus du fleuve un temple dédié au bateau, et Vincent Mauger et Ma Desheng jouent à jeter des cailloux dans la Cour de la ferme, dans le bassin pour l’un sur la pelouse pour l’autre.

Dans l’asinerie de la Cour de la Ferme, Janaina Mello Landini met en dialogue l’architecture charpentée de la galerie avec des formes molles et immaculées en suspension sous des voiles blancs, le tout jouant avec les miroirs. Un système racinaire, arachnéen, végétal ou une forêt albinos en lévitation…? Tout un monde imaginaire ouvert où le temps semble s’être interrompu avec un cri de douleur ou d’alerte en suspend.
Le temps semble encore plus suspendu lorsque l’on découvre avec une émotion immense les dernières installations proposées par Agnès Varda de son vivant. Dont une cabane totalement solaire. Un jardin de tournesols dans une serre dont les parois transparentes sont les bandes de pellicule d’une copie de son film « Le Bonheur ». Un ultime souhait que nous lance Agnès juste avant de partir. Extrêmement émouvant !

Fidèle à son univers poétique et à ses installations sur le temps, l’érosion et l’instabilité des choses, Stéphane Thidet a conçu deux installations spectaculaires : Les pierres qui pleurent, des pierres suspendues pleurent sur un sol de terre ocre aux évocations désertiques univoques et There is no Darkness, un petit bassin couvert de lentilles d’eau est perturbé par le mouvement perpétuel d’une lampe qui déchire la pellicule végétale et sombre à sa surface. Une œuvre zen qui met en scène la lutte entre la lumière et les ténèbres dans un cycle sans fin.
Dans les ailes du château, Gao Xingjian, Prix Nobel de littérature en 2000, expose ses paysages oniriques. Ceux-ci font écho à ses recherches littéraires. Entre le figuratif et l’abstrait apparaissent des paysages imaginaires. Entre héritage chinois et esthétique occidentale il dessine un territoire à la frontière des deux mondes pour donner accès à son image intérieure.

El Anatsui , quant à lui, dresse magistralement au dessus du fleuve trois barques qui jouent les guetteurs à moins que ce ne soit un monument. Une chapelle élevée à ce compagnon de l’homme qu’est le bateau ; objet de transport, de découverte, d’échange des savoirs, des matières, des cultures, des idées, des hommes…

Une onzième édition de ce parcours d’art contemporain de Chaumont-sur-Loire toujours pleine de surprises. Plus qu’un voyage arty, la proposition est une immersion dans une bulle de poésie au cœur d’un site historique. Incontournable !
Une halte indispensable dans ce Val de Loire qui célèbre cet été les 500 ans de la Renaissance et l’anniversaire de la mort de Léonard de Vinci.

Les artistes : Gao Xingjiang – El Anatsui – Stépahne Thidet – Christian Renonciat – Agnès Varda – Janaina Mello Landini – Côme Mosta-Heirt – Cornelia Konrads – Marc Couturier – Luzia Simons – Ma Desheng – Vincent Mauger
…Et toutes les œuvres pérennes du Domaine. Sans oublier la nouvelle édition du Festival International des Jardins.

 

Domaine Régional de Chaumont-sur-Loire
41150 Chaumont-sur-Loire

Patrice Huchet

Passionné depuis son enfance par toutes les formes d’expression artistiques, il débute sa carrière dans le monde du tourisme où il pratiquera la photographie de voyage. Il rejoindra ensuite un...

Voir le profil de l'auteur

Plus d'articles Art contemporain

A lire aussi

#NICE L'influence de l’œuvre critique de Mikail Bakhtin sur son propre travail, Monster Chetwynd la revendique haut et fort. On y retrouvera donc la même appétence pour la polyphonie, la structure carnavalesque à…
#NICE S'il est une tradition scrupuleusement respectée dans l'art contemporain, c'est bien celle de ce parcours des « visiteurs du soir » que propose chaque année le réseau Botox(s) ! Le week-end du 24 et 25…
#GRAND PARIS Chaque printemps, Le Salon de Montrouge met en lumière l’art contemporain et participe à la découverte d’artistes émergents, les artistes d’aujourd’hui et de demain. Véritable témoin de son temps la 64e…