Chourouk Hriech: Chaque temps en efface-t’il vraiment un autre?

Trulli
Trulli
Trulli
Trulli
Trulli
Trulli
Trulli
#NICE Parfois l’espace s’offre à nous dans l’évidence de ses angles, de ses ouvertures ou de son cloisonnement mais il suffit pourtant d’un rien pour que tout ceci vacille comme si un corps étranger, invisible, s’en emparait pour le formuler autrement. Et si ce « rien » résidait dans le pouvoir de l’artiste quand, avec discrétion, il déjoue nos codes perceptifs et introduit dans la réalité d’un espace le trouble d’une image qui agit sur lui de façon quasi virale ? Chourouk Hriech redessine l’espace du Narcissio. Elle en souligne les arêtes, les angles, le décalage des murs, les volumes qui s’additionnent ou se déboîtent. Les murs sont alors parfois recouverts de gouache ou de feutre.
Le noir et blanc s’impose dans toute sa monumentalité et dicte ses propres lignes de fuite. Les barres verticales et les diagonales sont tendues à l’extrême. Des dessins à l’encre de Chine, encadrés, redoublent ces images à moins qu’ils ne les déjouent comme si un corps étranger s’en emparait pour introduire dans l’espace réel cet imaginaire qui en serait la radiographie.
Ici le lieu se confronte à l’image d’un environnement urbain et d’une stricte géométrie mais les effets de miroir entre l’espace réel et l’image sont comme dévitalisés par des ornements végétaux. Un artifice répond à un autre. La localisation est incertaine, allusion à la Thaïlande, au Maroc et à l’exotisme : sortir du cadre, brouiller nos repères, créer de nouvelles perspectives, oser des trouées dans le réel.
Dans ces dessins l’humain a déserté le décor. Nulle échappée n’est possible. L’imaginaire est saisi dans cet instant où nulle fiction ne le contamine encore. Il est dans sa nudité nue, cet espace à remplir tel que les dessins le soulignent : Des fenêtres ouvertes ou closes dans l’absorption de la lumière, des angles morts, l’ossature vertigineuse d’une perspective. Le visiteur est saisi par cette trajectoire étrange d’un réel qui serait faussement décalqué par l’image et qu’il pénètre comme par effraction. Il prend alors conscience que si l’artiste dessine au seuil de la fiction dont, en creux, il n’en définirait que le cadre, le visiteur lui, investit le lieu de son propre récit.
Dans ces jeux de miroirs, les pays des merveilles sont traversés, les figures et les identités s’estompent : Qu’en est-il d’un récit ? Où se trouve l’artiste ? Où sommes-nous ? Ou bien, pour reprendre le titre de l’exposition : « Chaque temps en efface-t-il vraiment un autre ? »
Chourouk Hriech: Chaque temps en efface-t’il vraiment un autre?
26 avril au 20 Juillet
16 rue Parmentier
06100 NICE
Ouvert du mardi au vendredi de 14h30 à 18h (et bien plus) et sur rendez-vous.
Entrée libre.

Plus d'articles Art contemporain

A lire aussi

2 Mins.
#DESSIN Il y a quelques jours s’est tenue la première édition de Draw Art Fair à Londres. Ce salon de dessins contemporains regroupait de nombreuses galeries européennes qui présentaient des artistes en solo…
2 Mins.
Aucune œuvre sans que le dessin ne soit au centre de sa création. Interroger la figure, procéder à des recouvrements : Christian Lhopital surprend avec des formes flottantes, évanescentes et oniriques. Après avoir créé…
« Je n’ai rien fait en matière d’art qui n’ait été l’expression d’une motivation profonde, d’une émotion, d’un désir de garder une trace, tout étant fugitif. » Il n’a suffi que de quelques heures…