CINEMAPOLIS au Musée Masséna

Trulli
Trulli
Trulli

#NICE Voici une exposition où tout se présente en plans et séquences, où le cinéma se contemple dans le développement d’une ville à partir de la fin du XIXe siècle. « Nice, cinémapolis » est ce récit d’une rencontre entre la lumière d’une ville, sa géographie, son activité touristique et l’apparition d’un art nouveau, le cinéma. 123 années de cette histoire à Nice sont ici relatées. En 1896 les Frères Lumière s’installent dans la ville. Le carnaval et les événements mondains sont autant d’images que le visiteur souhaite alors conserver. Les techniques s’affinent à une vitesse fulgurante. Très vite le cinéma s’impose comme un vecteur économique déterminant avec l’apparition de nombreux studios de production, Pathé, Gaumont, et certains plus modestes, dispersés dans de simples villas jusque dans l’arrière pays. Les reportages laissent peu à peu la place à des fictions, on y créée des décors gigantesques, il y faut des costumes, des stars et des figurants par centaines. Les salles de cinéma se multiplient.

Cette aventure palpitante est ici relatée comme dans un travelling chronologique à partir d’objets rares – les premiers appareils destinés à la fois à l’enregistrement et à la diffusion du film, des documents, des affiches, des photographies. En 1919 naissent les studios de la Victorine. Tout l’imaginaire d’une époque s’y construit, fantasmes d’une sensualité orientaliste, poésie sociale, folies et angoisses de l’ avant-guerre. Nice est alors une ville cosmopolite où russes et américains se croisent. Un tourisme luxueux se diffuse sur la Promenade des Anglais et côtoie le Vieux Nice et un peuple attaché à son identité méditerranéenne. A la même époque, se construisent le Casino ou le Négresco…

Ce centième anniversaire de la Victorine est un hommage au cinéma, ponctué par un rappel aux films culte qu’on y tourna, Les enfants du Paradis ou La nuit américaine. Comme si ce dernier était un clin d’œil vers cet autre espace si proche et si lointain, là où en parallèle, sur les collines d’Hollywood et de Californie, au début du XXe siècle une même histoire se construisait. Nice, Cinémapolis » est ce point de rencontre du réel et de l’imaginaire, jonché de toutes les espérances et de tous les drames de l’histoire. L’exposition se développe dans une scénographie lumineuse ; on va de découverte en découverte, le fil du temps s’ouvre à d’autres perspectives : Cent ans après, les Studios de la Victorine entament leur renaissance. Le voyage dans le temps continue.

 

CINEMAPOLIS , dans le cadre de “L’Odyssée de cinéma à Nice”.

du 17 mai au 30 septembre 2019

Musée Masséna

Lili Tisseyre

Journaliste puis directrice de production, Lili Tisseyre dirige la création et la gestion éditoriale des premiers contenus web pour les émissions de télé-réalité du groupe Endemol au début des...

Voir le profil de l'auteur

Plus d'articles Art contemporain

A lire aussi

#NICE Deux artistes, Simon Bérard et Tom Giampieri, investissent « le château », c'est à dire la vaste salle dévolue autrefois à un générateur électrique, au bout de la cour de L'Espace à Vendre.…
#NICE L'influence de l’œuvre critique de Mikail Bakhtin sur son propre travail, Monster Chetwynd la revendique haut et fort. On y retrouvera donc la même appétence pour la polyphonie, la structure carnavalesque à…
#NICE Se confiner dans une démarche illustrative en dépit de la variété des approches et des formes qu'elle peut emprunter demeure le risque de toute exposition thématique. Très souvent les images et les…