#PhotoCollection “Nude Ben 04” par Thomas Ruff

Trulli

Thomas Ruff est un photographe contemporain allemand qui cherche à explorer et exploiter dans son oeuvre les multiples particularités du médium photographique et les évolutions qu’il connaît avec l’avènement du numérique. Il a été l’élève de Bernd et Hilla Becher, pionniers de la photographie conceptuelle d’après-guerre, mais il n’a pour autant jamais adhéré à la prétendue objectivité de l’image photographique qu’il n’a eu de cesse de remettre en cause dans son travail.

Dans la série Nudes, Thomas Ruff s’approprie des images pornographiques récupérées sur internet afin d’explorer leur potentiel plastique en les modifiant numériquement, proposant ainsi une approche nouvelle du genre illustre qu’est le nu artistique. Son intérêt pour le sujet apparaît autour de 1998, période à laquelle il commence également à manipuler des images abstraites générées par ordinateur. Ses recherches le mènent à explorer le monde de la pornographie dans lequel il dit trouver une bien plus grande honnêteté que dans le nu tel qu’il est représenté dans l’art. Il va alors appliquer à ces photographies pornographiques les expériences qu’il avait précédemment entamé sur les images générées par ordinateur et qu’il poursuivra ensuite avec la série Jpegs. Avec ces nus, l’artiste a cherché à couvrir de la manière la plus exhaustive possible l’ensemble des pratiques et fantasmes sexuels tels qu’ils sont aujourd’hui offerts sur Internet.

Ces images ont été choisies par Thomas Ruff en fonction de critères de composition tels que la structure de l’image, les couleurs, l’éclairage ou encore la disposition des corps. Il les retravaille ensuite numériquement, modifie leurs couleurs, mais surtout leur clarté en travaillant sur les effets de flou. Il les élargit et les tord jusqu’à ce que les sujets deviennent de simples formes désincarnées et anonymes. Les corps se dématérialisent par ce jeu de pixellisation et s’opère ainsi une distanciation avec le référent qui s’efface au profit du médium.

La mauvaise résolution de ces images est un point essentiel dès lors qu’elle souligne leur absence d’authenticité. Thomas Ruff, en altérant et en déconstruisant ainsi la photographie, retourne au fondement même de l’image. Son travail a pour but de remettre en question notre rapport à l’image photographique, et le statut même de cette dernière. Si ces images issues de l’archive quotidienne et collective qu’est Internet semblent triviales à première vue, elles ont pourtant une portée bien plus large que ce que leur sujet ne laisse suggérer. Par leur biais, le photographe expose l’image pour ce qu’elle est, à savoir une construction fictive. Le sujet en lui même devient secondaire au profit du concept. Le médium photographique prend le pas sur la narration, à la manière du contenu qui perd de l’importance dans le monde digital.

Retravailler l’image numérique est une manière pour l’artiste de s’approprier et révéler une réalité déjà manipulée et ré-agencée. Il suggère de cette manière que toute photographie est factice, en particulier celle que nous donne à voir Internet, et nie à cette dernière toute notion d’authenticité et d’objectivité. Par cette manipulation digitale, Thomas Ruff met en exergue cette propension à la tromperie qui est propre au médium photographique, et d’autant plus à l’ère du numérique. Il rappelle ainsi que la photographie consiste finalement, non pas à capturer le réel, mais véritablement à créer, fabriquer une image.
Altérer la photographie est donc pour lui une manière de concevoir une image nouvelle. Il explique ainsi : “en travaillant à l’ordinateur on peut jouer sur diverses strates, mais en fin de compte, tout se trouve unifié en une seule image, celle que je veux faire voir aux gens.”

Ainsi, le travail de Thomas Ruff consiste à s’approprier l’imagerie résultant des nouvelles technologies numériques mais aussi à questionner notre perception en tant que spectateur. De ce point de vue, la série Nudes est véritablement emblématique de la démarche propre à son oeuvre et va trouver écho dans la plus large série Jpegs par le biais de laquelle l’artiste poursuit son projet de réappropriation et d’altération de l’image numérique qu’il élargit de manière à la réduire à un amas de pixels monumentaux.

Thomas Ruff est entre autres représenté par la galerie David Zwirner qui, après Londres et New York, expose actuellement son oeuvre à Hong Kong. Cette exposition solo intitulée “Transforming Photography” met en valeur les différents travaux de l’artiste du 22 mai au 29 juin 2019, dont des photographies de la série Nudes.

La cote de Thomas Ruff connaît une forte hausse, comme l’illustre la vente organisée par Phillips le 16 mai 2019 lors de laquelle une photographie de cette même série a été acquise pour la somme de 41 250 £.

Fort de son succès, le Victoria & Albert Museum a commissioné Thomas Ruff lors de l’ouverture en octobre dernier d’un nouveau centre dédié à la photographie. La célèbre institution londonienne lui demanda à cette occasion de réinterpréter les photographies de Linnaeus Tripe en Inde et en Birmanie dans les années 1850.

Par Gérôme Saint-Germain pour 28Vignon Street

 

Thomas Ruff
nudes ben 04, 2001
tirage chromogène
excellent état.
Dimensions de l’image : 90 x 138 cm
édition : 3/5
signée, datée et numérotée au crayon au dos du support.
Monté sur le côté sur plexiglas et encadré
22 500.00€

 

A lire aussi

2 Mins.
Philip Prioleau pose nu sur un socle, figé, à la manière d’une sculpture. Il est le premier amant afro-américain de Mapplethorpe et c’est lui qui suggère d’être représenté sur un piédestal. La pose…
#PARIS Dix ans après la première vacation qui avait dispersé une partie de la collection photographique de Leon Constantiner à New York, Christie's s'apprête à organiser la seconde vente à Paris, le 19…
#LONDRES PhotoLondon qui ouvre ses portes pour sa cinquième édition, est sans conteste, l'occasion de s'attarder sur l'évolution des modes de consommation du marché de l'art et plus particulièrement du marché de la…