Jennifer May Reiland: rencontre avec une dessinatrice!

Juana©Jennifer May Reiland

Princesses (Détail)©Jennifer May Reiland

Princesses©Jennifer May Reiland

Comet@Jennifer May Reiland

WatchingVideos©Jennifer May Reiland

Trulli
Juana©Jennifer May Reiland
Trulli
Princesses (Détail)©Jennifer May Reiland
Trulli
Princesses©Jennifer May Reiland
Trulli
Comet@Jennifer May Reiland
Trulli
WatchingVideos©Jennifer May Reiland

#DESSIN Des détails, de nombreux détails inondent les dessins de l’artiste Jennifer May Reiland. Cette artiste américaine, née en 1989 et qui vit à New-York,  puise son inspiration d’écrits de fiction et de non-fiction. Puis, elle combine des passages, des moments historiques afin de créer de nouvelles histoires dans lesquelles ses personnages prennent vie. Son travail minutieux et très coloré, rehaussé à l’aquarelle, a été exposé à l’occasion d’Art Basel Miami en décembre 2018. Elle est actuellement artiste résidente de Open Sessions au Drawing Center de Soho.

Marlène Pegliasco : Jennifer, pourriez-vous présenter votre parcours?

Jennifer May Reiland : Je suis né au Texas, mais je vis à New York depuis environ 12 ans. J’ai aussi vécu quelques temps à Paris et en Espagne. Beaucoup de mes influences viennent de mon enfance religieuse au Texas, mais aussi de mes fantaisies sur l’histoire et sur les expériences et fantasmes sur l’Europe. Quand j’étais petite, j’ai toujours rêvé du passé, d’un temps fantastique très différent du monde ordinaire qui m’entoure. Je le fais encore dans mes dessins.

Marlène Pegliasco: Votre dessin contient beaucoup de détails une place importante à la figure humaine. La narration est importante dans votre art? Quelles sont vos inspirations?

Jennifer May Reiland: J’ai toujours fait un travail narratif. Ce n’était jamais vraiment un choix, au contraire, c’est quelque chose que je ne peux pas éviter. Je lis beaucoup sur l’histoire, et des personnages et des événements viennent se loger dans ma tête. Je suis souvent obsédé par une personne et le seul moyen de l’exorciser est de faire des dessins à leur sujet. En ce moment, je suis vraiment intéressé par le dix-septième siècle, en particulier par les accusations de sorcellerie contre des femmes éminentes en France et en Espagne à cette époque, comme dans l’affaire des Poisons en 1680. Lorsque j’apprendrai des événements comme celui-ci, avoir des images dans ma tête, et c’est souvent là que commencent mes dessins. Souvent, les récits que je veux rédiger s’inscrivent dans les archétypes qui me tiennent à cœur – j’ai toujours été attiré par les figures du Christ, les martyrs, de belles femmes assassinées par des gens qui le désirent, des hommes qui prouvent leur virilité. C’est un thème sur lequel je reviens encore et encore. Chaque fois que je lis une histoire qui se rapporte à ce thème, je suis attirée par elle.

Marlène Pegliasco: Quelle est la place des dessins dans votre création?

Jennifer May Reiland: Presque tout mon travail est basé sur le dessin. Je réalise également des vidéos d’animation dessinées à la main, ce qui est la prochaine étape logique: étendre mes dessins dans le temps. J’aimerais beaucoup travailler dans d’autres médias, notamment le cinéma et l’opéra. Je vois mes dessins parfois comme de petits théâtres, où les personnages jouent des drames pour moi, et ce serait formidable d’élargir cela au monde réel.

 

Portrait d’une dessinatrice :

Si vous étiez un dessin? Le Triomphe de la Mort de Pieter Bruegel est techniquement une peinture, mais je la considère comme un dessin et c’est probablement mon travail d’art préféré. J’en ai une copie accrochée dans ma cuisine. Mon petit ami l’a acheté pour moi quand nous étions séparés pour me reconquérir et cela a fonctionné. J’aimerais être les amants dans le coin inférieur droit.

Votre technique préférée? Des stylos Micron (principalement 0,005 et 0,01) sur un gros bloc d’Arches Grain Satiné. Seulement le meilleur.

“Le dessin est comme ….”? Rendre les pensées visibles.

Marlène Pegliasco

Diplômée d’un Master en Histoire de l’Art et habitant à Toulon,j'ai créé le blog Art In Var (www.artinvar.fr) afin de partager avec mes lecteurs, la riche actualité artistique de ce beau dé...

Voir le profil de l'auteur

Plus d'articles Dessin

A lire aussi

1 Mins.
#CHICAGO Véritable agitateur du petit monde lisse de la fashion internationale, Virgil Abloh crée une véritable disruption esthétique en écrasant deux univers que rien ne lie entre eux. Lorsqu'il lance sa marque Off-White,…
#LONDRES  "Reason Gives No Answers" est la deuxième exposition consacrée à l'incroyable collection personnelle de Damien Hirst, après un premier show Simulation/Skin en 2017. Lorsqu'en 1988, Damien Hirst organise l'exposition "FREEZE", il pose la…
#BANGKOK La capitale thaïlandaise serait-elle sur le point de détrôner les capitales occidentales et de s'imposer comme la nouvelle mecque des graffeurs? C'est en tous cas le sentiment qui nous saisit lorsqu'on consulte l'ouvrage…