Le Caravage, la vente et le collectionneur…

Trulli
Trulli
Trulli

#PARIS L’évènement-spectacle, tel qu’on l’espérait, n’aura donc pas eu lieu. Jeudi 27, la Halle aux Grains de Toulouse devait accueillir la vente d’un Caravage fortuitement retrouvé dans un grenier des environs, et sans doute la plus attendue et la plus médiatique vente de ces dernières années.

Le tableau, récemment exposé et mis en scène dans une composition hyper-contemporaine en contrepoint d’une pièce de Daniel Buren, à la galerie Kamel Mennour, donnait, dans une installation toute en clair obscur, le ton et l’ampleur de cette vente-phénomène.

Me Marc Labarbe, commissaire-priseur, grand ordonnateur de l’évènement et qui devait sévir au marteau, avait vu les choses en grand: quelques 2000 places assises, une tribune pour la presse et une retransmission de la vente en direct pour faire monter les enchères et la température (si besoin en était en cette période de canicule).

Pourtant mardi 25, un communiqué laconique tombait dans nos boites mail. La vente n’aurait pas lieu.

Pas parce qu’il s’agit d’un faux et que le pot-aux-roses est découvert, comme on s’était pris à espérer ce coup de théâtre après l’abandon par le Louvre d’empêcher sa sortie du territoire qui jetait un (faible) doute sur la paternité de l’œuvre.

Mais parce que la vente s’est faite de gré à gré pour un montant tenu secret (mais auquel les vendeurs n’ont su résister) par un collectionneur réputé et proche d’un grand musée, dont là encore, on a tu le nom…
Le tableau a donc trouvé acquéreur et cette non-vente spectacle sert d’ores et déjà de teaser pour sa prochaine exposition dans l’un de ces nouveaux musées qui poussent comme des champignons un peu partout en Asie ou au Moyen-Orient (l’après-pétrole n’est pas seulement un angle d’étude prospective sur les bancs des écoles de commerce).
Peut-être réapparaitra-t-il dans un musée américain? Là-bas également, on est friand du Caravage, qui a semble-t-il si peu produit (on ne dénombrerait que 65 tableaux référencés) mais qui fait déplacer les foules. L’exposition récente “Caravage à Rome, amis et ennemis” au Musée Jacquemart-André avait classé ce musée un peu désuet avec ses dorures et ses tentures cramoisies aux fenêtres, dans le top dix des musées Hype à découvrir à Paris dans les guides branchés.

Lili Tisseyre

Journaliste puis directrice de production, Lili Tisseyre dirige la création et la gestion éditoriale des premiers contenus web pour les émissions de télé-réalité du groupe Endemol au début des...

Voir le profil de l'auteur

Plus d'articles Auctions

A lire aussi

1 Mins.
#CHICAGO Véritable agitateur du petit monde lisse de la fashion internationale, Virgil Abloh crée une véritable disruption esthétique en écrasant deux univers que rien ne lie entre eux. Lorsqu'il lance sa marque Off-White,…
#LONDRES  "Reason Gives No Answers" est la deuxième exposition consacrée à l'incroyable collection personnelle de Damien Hirst, après un premier show Simulation/Skin en 2017. Lorsqu'en 1988, Damien Hirst organise l'exposition "FREEZE", il pose la…
#BANGKOK La capitale thaïlandaise serait-elle sur le point de détrôner les capitales occidentales et de s'imposer comme la nouvelle mecque des graffeurs? C'est en tous cas le sentiment qui nous saisit lorsqu'on consulte l'ouvrage…