Sculptures “Supernature” de Pablo Reinoso au Polygone-Riviera

Trulli
Trulli
Trulli
Trulli

#NICE Ce sont ces instants où les objets du quotidien s’évadent de l’espace, le soulignent ou le contrarient, s’emparent d’une autre fonction que celle qu’il leur était assignée ou la transforment pour un autre destin. Des instants ou l’objet et la nature fusionnent ou se distendent pour l’ apparition insolite d’une œuvre d’art. De la nature au surnaturel, n’y aurait-il que le geste de l’artiste ? C’est lui qui, ici, installe ce temps contrarié entre l’agitation d’un lieu et le repos, la contemplation auxquels le promeneur aspire. Le banc est cet objet fonctionnel qui est devenu pour Pablo Reinoso une forme emblématique. Elle est destinée à accueillir le repos du corps, ses rêveries. Mais elle se prolonge par des excroissances enrubannées comme sortant de terre ou bien s’envolent par des lianes aériennes. Le rêve est ainsi fait d’une intériorité inquiète et d’une aspiration à une heureuse élévation solaire. 

Les sculptures d’acier peint, si elles se développent souvent à partir de l’ossature du banc, peuvent revêtir d’autres formes toujours en relation à la nature comme dans « La chose », œuvre arachnide, surgissant de terre dans la trouble éclosion du plein et du vide. La sculpture se fait végétale, énigmatique. Elle respire et trouve son autonomie dans l’imaginaire du passant et par la chorégraphie qu’elle déploie dans ses écharpes de lumière et le lieu où elle repose. Ailleurs, posée sur un plan d’eau, « Talk » est cette conversation entre l’acier, l’eau et le ciel. Elle engage à l’échange, à l’inconnu des mots et des choses. 

D’essence minimaliste, l’œuvre de l’artiste franco-argentin nous incite à la contemplation. Mais surtout elle impose sa vie intime faite de volutes et de boucles qui élargissent l’objet à d’autres possibles, la projettent vers l’infini de l’espace. Où sont alors les traces de la nature, la multitude d’objets de consommation ? Où sommes- nous dans tout cela ? L’œuvre d’art est toujours une réponse à nos pensées errantes. Pablo Reinoso se confie à nous dans la matière vivante de ses sculptures. 

Du 19 juin au 17 octobre

Pablo Reinos, Supernature

Polygone Riviera 

 

Plus d'articles Art contemporain

A lire aussi

#EZE Par les métaphores dont il se charge comme par les formes qu'il emprunte, le jardin participe naturellement à la création artistique. Classique ou baroque, il se charge des représentations qu'à un certain…
#NICE Il y eut cet instant où, dès le milieu des années 50, l'art s’empara de la rue, du quotidien et des signes d'une société engoncée dans les illusions du progrès technologique de…
#PARIS Pendant tout l’été, au sein du parcours permanent du Musée de l’Homme, vous aurez l’agréable surprise de découvrir «En tête à tête », une installation éphémère qui mêle œuvres d’art moderne et contemporaines.…