Un dessin…un trait ! Portrait de Jennifer Caroline Campbell

Trulli
Trulli
Trulli
Trulli

#Dessin “Ma pratique dynamique repose sur une approche ludique et inventive des matériaux”. L’art audacieux de Jennifer Caroline Campbell, artiste britannique qui vit et travaille à Londres, se transforme en un paysage contemporain inspiré d’éléments matériels. A mi-chemin entre le travail isolé et le design d’objet, l’artiste révèle des pratiques drôles et colorées. Elle se concentre sur l’identité temporaire, la peinture donnant une surface flashy à la matière quotidienne qu’elle utilise comme toile. Jennifer a présenté son travail “Bivouac” à Versailles en 2011.

Marlène Pegliasco : Pourriez-vous nous parler de votre parcours ?
Jennifer Caroline Campbell : J’ai toujours fait et dessiné. La peinture est tombée de ma vie vers l’âge de 12 ans et est revenue vers l’âge de 24 ans, d’abord comme une couche de surface pour mes sculptures, un liquide coloré à étaler sur les objets et ensuite, pendant mes études en peinture à la Slade School of Art, la peinture est devenue plus développée. Actuellement, la peinture, le dessin et la sculpture s’entremêlent dans ma pratique, le dessin fournissant souvent un point de départ, puis la ligne peinte réapparaissant dans un état transformé, dans les œuvres finales. Plus récemment, j’ai aussi écrit de la fiction. Parfois, la fiction prend de l’ampleur et développe un thème que j’explore à travers ma création et ma peinture. Par exemple, dans une exposition de groupe récente intitulée “Beauty Salon” (au Alison Richards Building, Cambridge University), j’ai publié une courte histoire dans un zone, aux côtés d’un groupe d’œuvres sculpturales et peintes installées.

Marlène Pegliasco : Quelle place occupent les dessins dans votre création ?
Jennifer Caroline Campbell : La nature immédiate et jetable du dessin me permet d’attraper de petites choses qui peuvent ne pas sembler importantes au premier abord. Une feuille de papier vierge peut mener à un nombre infini de résultats imprévus et ce phénomène, qui me prouve à maintes reprises, est stimulant. J’emporte partout avec moi un petit carnet de notes pour y faire des dessins, donc chaque dessin, qu’il soit d’observation ou d’invention ou des deux, reflète le moment de sa création : mon état d’esprit et mon environnement. L’identité est une chose très fluide pour moi et je sens que je deviens perpétuellement un moi différent à chaque instant. De cette façon, un dessin devient
un repère dans ce moi changeant. Mais bien sûr, le dessin se transforme sur son propre chemin, souvent méconnaissable.

Marlène Pegliasco : Pourquoi cette prédilection pour le figuratif ?
Jennifer Caroline Campbell : Mon travail porte sur l’expérience humaine, en particulier la sensation d’être une entité individuelle et d’être liée à une chair désintégrable. Je suis conscient d’être séparé du monde extérieur : paysage, temps, autre. Mais je suis également enchevêtrée et formée par ces structures extérieures. J’utilise mon travail pour ré imaginer les attentes de l’identité et mon utilisation de la figure incarne donc cette exploration.

Portrait d’une dessinatrice :

Si vous étiez un dessin ? Je ne resterais pas dans un dessin singulier, mais je me déplacerais sans cesse entre de nombreux dessins et d’autres objets, me transformant perpétuellement.

Le support le plus inhabituel pour créer ? Bien que je peigne sur des matériaux étranges, ce n’est pas pour leur étrangeté que je les choisis, c’est là que je les adapte à ce que je fais. J’utilise du polystyrène, du vieux carton et d’autres déchets et je les rencontre souvent par hasard. Les matériaux que je choisis symbolisent une sorte de matière de mauvaise qualité, le corps formé au hasard sur lequel nous nous construisons nous-mêmes

Les dessins sont comme… des pensées irréfléchies qui s’étendent avec avidité.

 

Marlène Pegliasco

Diplômée d’un Master en Histoire de l’Art et habitant à Toulon,j'ai créé le blog Art In Var (www.artinvar.fr) afin de partager avec mes lecteurs, la riche actualité artistique de ce beau dé...

Voir le profil de l'auteur

Plus d'articles Dessin

A lire aussi

4 Mins.
#DESSIN Du 30 août au 1 septembre 2019 se tenait à Marseille la 6e édition du salon international de dessin contemporain Paréidolie. Cette foire, qui a su se démarquer par sa sélection exigeante…
3 Mins.
#DESSIN Installée depuis une quinzaine d’années à Barcelone, ADN Galerie présente des artistes émergents dont les concepts intègrent des problématiques actuelles. Présente sur les foires internationales comme Artissima ou Drawing Now, elle revient…
8 Mins.
#DESSIN Elle est née en 1985 au sein d’une famille de maîtres verriers qui lui transmettra le goût pour l’histoire de l’art et les compositions figurées. Après un Master en Histoire de l’Art…