Xiao Fan RU: l’invitation au voyage initiatique

大風,2018,油畫三聯畫,146 x 97cm x3副本

一水之隔,2019,油画,130 x 97cm副本

Trulli
大風,2018,油畫三聯畫,146 x 97cm x3副本
Trulli
一水之隔,2019,油画,130 x 97cm副本
Trulli
Trulli
Trulli

#PARIS La Galerie RX qui rouvre ces portes la semaine prochaine, invite avec l’artiste Xiao Fan RU et l’exposition « Passage » à un voyage initiatique. Ses dernières toiles comme des rites du passage offre un chemin de réflexion où se mêlent préoccupations écologiques, références à sa double culture franco-chinoise et onirisme méditatif.

« Le passage” symbolise l’épreuve de transformation nécessaire à toute évolution. Les rites initiatiques de nombreuses religions comportent tous un passage d’où l’initié n’en sort qu’après avoir affronté et surmonté les difficultés. Celui qui le franchit n’est plus le même. Il a évolué, il a mûri, il a grandi. »

Signe des temps et de l’état du monde, les nouvelles créations de Xiao Fan RU, plus sombres que ses œuvres précédentes, laissent  un sentiment ambigu. Les scènes représentées sont empreintes d’une certaine dramaturgie, d’un catastrophisme même, et pourtant il y règne quelque chose de plus paisible, une certaine quiétude, probablement créée par la présence des bambous au premier plan. Sentiment de plénitude amplifié par un choix chromatique qui invite à la rêverie et la contemplation.

Dans cette nouvelle série, le bambou est un rôle principal avec toute sa charge symbolique. Car dans toute l’Asie, le bambou revêt plusieurs symboliques. Pliant devant l’adversité, il se redresse toujours et demeure vert pendant la saison hivernale, signe de pérennité, de constance et de droiture. Le bambou accompagne le chinois de sa naissance à sa mort. Il lui fournit son berceau et son cercueil et lui procure abri, mobilier, nattes, chapeaux, outils… Encore aujourd’hui, les échafaudages des gratte-ciels en construction à Hong Kong sont en bambou.

Plus généralement le bambou est symbole de fertilité, d’altruisme, d’amitié, porteur de joie et dans le Feng-Shui, il est symbole de jeunesse et signe de paix.  

Dans les œuvres de Xiao Fan RU, la catastrophe est présente, les personnages semblent vulnérables, fragiles. Seuls au premier plan les bambous se dressent fiers et résistants. Ils semblent rappeler la fable le chêne et le roseau  de Jean de La Fontaine  « ce qui plie ne se rompt pas » ou encore cette citation attribuée à Confucius:

« l’homme de bien est droit et juste, mais non raide et inflexible ; il sait se plier mais pas se courber. ».

On retrouve là un autre point de liaison entre l’orient et l’occident cher à l’artiste. A l’arrière plan, comme un hommage à la peinture de la Renaissance italienne, des paysages se dessinent comme dans les toiles de Piero della Francesca ou Léonard da Vinci. Des paysages qui évoquent des petits villages français mais dans lesquels se glissent parfois une pagode, comme dans l’œuvre intitulée « Après la pluie, le beau temps », forme d’affirmation de sa double culture. Cette œuvre pourrait être le mantra de cette exposition.

Bien ancré dans le présent, Xiao Fan RU rend compte à sa manière de la fin d’un monde et laisse entrevoir une rédemption. Un avenir est possible.

Xiao Fan RU rend hommage à la peinture chinoise. Le mode de pensée dans cet art ancien met l’accent sur l’unicité de l’homme et du cosmos et le dynamisme ininterrompu au sein même de cet univers. Plus que la représentation d’une forme, l’œuvre exprime l’âme (principe de vie), le mouvement interne des êtres. Le but est de réaliser dans la plus grande concision, une œuvre au charme artistique porteur d’un sens touchant l’infini.  Le vide y tient une place très importante. Il permet de projeter le spectateur dans un monde beaucoup plus vaste laissant le terrain libre pour son imagination. La contemplation prend appui sur ce jeu de pleins et de vides afin de propulser l’observateur dans l’absolu.

Xiao Fan RU sème ça et là tous ces éléments dans des scènes qui oscillent entre naturalisme et onirisme, entre tourmente et médiation, créant des œuvres métaphoriques qui incarnent la misère et la transcendance de la vie sur terre. 

 

Exposition du 29 juin au 20 septembre 2019

Xiao Fan RU « Passage »

Galerie RX 

16 rue des Quatre Fils – 75003 Paris

 

Patrice Huchet

Passionné depuis son enfance par toutes les formes d’expression artistiques, il débute sa carrière dans le monde du tourisme où il pratiquera la photographie de voyage. Il rejoindra ensuite un...

Voir le profil de l'auteur

Plus d'articles Art contemporain

A lire aussi

#NANTES Si seulement la mer pouvait dormir... A cette rêverie interrompue, Claire Tabouret donne forme et mouvement, hisse avec force les voiles de sa peinture dans l'ancien hangar à bananes dans le port…
#GRANDPARIS Quatre-vingt artistes de générations et de pratiques différentes réunis dans une exposition pour exprimer l’identité et dont les gestes artistiques dessinent la trame de « Lignes de vies - une exposition de légendes »…
#MONACO Penser la terre signifie pour un artiste l'éprouver charnellement. Ressentir ses blessures c'est aussi subir cette déchirure que l'activité artistique révèle et cautérise tout à la fois. Pour cela Philippe Pastor prélève…