“MICHAEL JACKSON : ON THE WALL” au Grand Palais

Johannes Kahrs, Untitled (Jesus aged 43) 2015 Huile sur toile, avec l'aimable autorisation de l'artiste et Zeno X Gallery, Anvers ©Johannes Kahrs

David LaChapelle, An Illuminating Path, 1998, tirage couleur, avec aimable autorisation de l'artiste © David LaChapelle

Détail de Mark Ryden, The King of Pop (#135) Acrylique sur panneau, sculpture sur bois, collection particulière

Appau Junior Boakye-Yiadom, ballons en latex, rubans et mocassins, dimensions variables PYT, 2009 ©Appau Junior Boakye-Yiadom

Trulli
Johannes Kahrs, Untitled (Jesus aged 43) 2015 Huile sur toile, avec l'aimable autorisation de l'artiste et Zeno X Gallery, Anvers ©Johannes Kahrs
Trulli
David LaChapelle, An Illuminating Path, 1998, tirage couleur, avec aimable autorisation de l'artiste © David LaChapelle
Trulli
Détail de Mark Ryden, The King of Pop (#135) Acrylique sur panneau, sculpture sur bois, collection particulière
Trulli
Appau Junior Boakye-Yiadom, ballons en latex, rubans et mocassins, dimensions variables PYT, 2009 ©Appau Junior Boakye-Yiadom
Trulli

#PARIS Le grand Palais présente jusqu’au 14 février 2019 une exposition consacré au Roi de la Pop, Michael Jackson.

Inutile ici de chercher à voir ses mocassins, son gant blanc ou encore son mythique blouson rouge. L’exposition s’intéresse davantage à l’iconographie produites par les artistes contemporains qui se sont appropriés la personnalité et l’ image du « King of Pop ».

Michael Jackson a été et reste encore aujourd’hui l’une des personnalités culturelles de référence, que ce soit dans le domaine de la musique, de la danse, du clip vidéo et la mode.

Ainsi de Warhol à LaChapelle en passant par Keith Haring pour les artistes les plus célèbres, nous voyageons au cœur des œuvres, au cœur de cet « impact », de cet effet que la personnalité de MJ avait sur l’art contemporain.

L’espace est planifié en 8 parties distinctes: Elles décortiquent les différents talents ou étapes qui ont jalonnées la vie et qui évoquent la personnalité de Michael (Un danseur de Légende, l’avènement du roi de la pop, un citoyen du monde…jusqu’à Hors du temps).

Les œuvres, quelles soient des photos,  des peintures ou des vidéos, nous intègrent dans un univers « galerie ». Elles sont parfois pointues mais ne manquent pas non plus d’humour (comme avec la pièce de Candice Breitz, une installation vidéo, composée de seize écrans qui rassemble un groupe de fans recréant l’album thriller ou la vidéo Moonwalk de Jérôme Bel).

La scénographie est très condensée et la lumière, un peu trop légère, est aspirée par une moquette sombre.

La construction chronologique de l’exposition sublime littéralement la représentation du sacré que suscite la figure de Michael Jackson.

Toute la difficulté de cette exposition, et sans doute son écueil, est le mariage d’un concept muséal qui vise à toucher en parallèle deux publiques distincts et aux attentes très différentes. Le premier plus avisé et sensibilisé que le second à l’art contemporain.

Le grand public certainement curieux du chemin de représentation de la star et de ses effets culturels et sociaux, vient quant à lui, chercher un ancrage, celui qui scellent ses souvenirs personnels et le lie inévitablement à celui qu’on surnommait « Bambi ».

 

MICHAEL JACKSON : ON THE WALL
Galerie sud-est
3, avenue du Général Eisenhower
75008 Paris
23 novembre 2018 – 14 février 2019
Serveur vocal : 00 33 (0)1 44 13 17 17

Dominique Vautrin

Dominique Vautrin est un photographe français. Influencé par la street photography américaine, il développe aux cours de ses différents projets, une oeuvre sombre qui dépeint une société en ph...

Voir le profil de l'auteur

Plus d'articles Art contemporain

A lire aussi

Jean Charles de Castelbajac, maître de cérémonie de la 30ème Biennale à qui il redonne un peu de pep's dans un contexte de restriction et de concurrence européenne accrue, a répondu à nos…
Une rentrée culturelle foisonnante et inspirée, chamanique et extrême pour la mode à l'instar de l'état de notre planète et de notre goût pour les récits dystopiques(merci Netflix), boulimique comme toujours pour les…
Dans une société de plus en plus dématérialisée, les artistes s’intéressent d’autant plus aux robots que l’intelligence artificielle est en train de bouleverser l’existence des humains et jusqu’à la condition de l’œuvre d’art…