Mohammed Kacimi, passeur d’humanité au MUCEM

Kacimi, Sans titre, 1994, Peinture sur ancien châssis en bois de labo photo, collection privée, Bordeaux ©Jean Grelet

Kacimi, Sans titre, 2001, Acrylique sur papier ( sac de ciment), Signé et daté gauche, mention St Louis Sénégal, Atelier de l'artiste

Kacimi, Sans titre, Acrylique sur dessus d'une valise avec les quatre coins renforcés ©atelier de l'artiste

Kacimi, Sans titre, Acrylique sur papier, Mention St Louis Sénégal, Collection privée, Casablanca

Kacimi, Sans titre, Acrylique sur valise en carton, collection privée, Bordeaux © Jean Grelet

Kacimi, Sans titre, série Le Temps des conteurs, Technique mixte sur toile, ©Atelier de l'artiste

Kacimi, Sans titre, Technique mixte sur toile, ©Atelier de l'artiste

Kacimi, Technique mixte sur toile ©Atelier de l'artiste

Kacimi, Tecnique mixte sur carton, collection privée, Casablanca

Portrait de Mohammed Kacimi @Archives Kacimi

Trulli
Kacimi, Sans titre, 1994, Peinture sur ancien châssis en bois de labo photo, collection privée, Bordeaux ©Jean Grelet
Trulli
Kacimi, Sans titre, 2001, Acrylique sur papier ( sac de ciment), Signé et daté gauche, mention St Louis Sénégal, Atelier de l'artiste
Trulli
Kacimi, Sans titre, Acrylique sur dessus d'une valise avec les quatre coins renforcés ©atelier de l'artiste
Trulli
Kacimi, Sans titre, Acrylique sur papier, Mention St Louis Sénégal, Collection privée, Casablanca
Trulli
Kacimi, Sans titre, Acrylique sur valise en carton, collection privée, Bordeaux © Jean Grelet
Trulli
Kacimi, Sans titre, série Le Temps des conteurs, Technique mixte sur toile, ©Atelier de l'artiste
Trulli
Kacimi, Sans titre, Technique mixte sur toile, ©Atelier de l'artiste
Trulli
Kacimi, Technique mixte sur toile ©Atelier de l'artiste
Trulli
Kacimi, Tecnique mixte sur carton, collection privée, Casablanca
Trulli
Portrait de Mohammed Kacimi @Archives Kacimi

#MARSEILLE Le MUCEM présente jusqu’au 3 mars 2019, une exposition consacrée à Mohammed Kacimi, peintre, artiste novateur et engagé, instigateur et témoin principal de la mondialisation de l’art contemporain arabe 

Le Mucem a choisi d’apporter un éclairage décisif sur sa période Africaine ici mis en avant (de1993 à 2003). Il est à l’apogée de son œuvre lorsqu’il décède brutalement d’une hépatite C. Il y ouvre une nouvelle voie, beaucoup plus personnelle qui se caractérise par une expression libre, sans contrainte, et de plus en plus transdisciplinaire. Ce n’est pas une simple exposition mais plutôt le témoignage d’une vie. Chaque détour, chaque nuance ont amené l’artiste au fil des années, à s’exprimer différemment, à se renouveler, à varier son geste.

Mohammed Kacimi (1942-2003) est sans doute l’un des artistes-plasticiens marocains majeurs d’après-guerre. Aujourd’hui internationalement reconnu, il a largement influencé l’évolution de la scène artistique de son pays, servant de modèle à beaucoup de jeunes artistes maghrébins . 

L’exposition regroupe pour cette période 325 œuvres. Peintures, sculptures archives (manuscrits, textes, dessins, photographies et vidéos), la scénographie révèle le rôle déterminant joué par ce plasticien. Ce passeur aura permis aux nouvelles générations d’artistes issus du monde arabe d’entrer dans une contemporanéité nouvelle qui se nourrit de ses propres ancrages culturels : « une transition africaine ». 

En mars 1997 à Paris, Kacimi écrit ce texte mémorable:
« L’artiste africain n’est pas seulement le représentant, le transmetteur de l’exotisme et des rites ancestraux qui alimentent les imaginaires en perte de sens. Le créateur en Afrique est le passeur de sa propre histoire avec tout ce qu’elle a de complexe, d’ascendant, de rituel, d’éclatant. Face à des mutations, des répressions locales et internationales, des misères et des aberrations politiques. Face à la tyrannie de toute forme y compris celle de sa propre tradition. L’artiste africain contemporain est l’archéologue de la succession du temps, des strates, des signes et de la matière depuis le temps de la Belle Lucie (et de la découverte des origines) à nos jours. Un état d’être en prise directe avec les événements. L’Afrique n’est pas seulement un lieu géographique producteur de signes, de rites et de safaris comme elle l’est souvent dans l’imaginaire occidental, mais aussi celle de la mort, du déboisement culturel, de la désertification, et de manipulations de toutes sortes. » 

Comment une créativité tant humaniste qu’engagée peut-elle faire œuvre et participer à la construction d’un nouvel imaginaire méditerranéen?

C’est à ces questions que la commissaire Nadine Descendre nous invite à réfléchir. Elle propos un voyage dans le monde de Kacimi, où nous devenons témoins de son évolution, de ses mutations au fil du temps. Nous assistons au fil des salles et des pièces exposées à cette prise de conscience de son Africanité. Et nous découvrons un artiste aux multiples facettes, porté par ses inspirations qui ne cessera de se remettre en cause, se renouveler, voire renaître.

«1993-2003, Kacimi, une transition africaine»

Du 23 novembre au 3 mars 2019

MUCEM

Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée  

7 Prom. Robert Laffont, 13002 Marseille

Lili Tisseyre

Journaliste puis directrice de production, Lili Tisseyre dirige la création et la gestion éditoriale des premiers contenus web pour les émissions de télé-réalité du groupe Endemol au début des...

Voir le profil de l'auteur

Plus d'articles Art contemporain

A lire aussi

#LONDON Profitez des fêtes et de votre week end à Londres pour faire une petite virée à la Tate Britain! Vous y découvrirez entre autre les nominés du Turner Prize 2018 : Naeem Mohaiemen, Charlotte…
#PARIS Michael Scott peint des cercles sur de grands tableaux d’aluminium émaillés, comme d'immenses cibles qui ne sont pas sans rappeler ses expérimentations néo-expressionnistes de ses débuts. Et bien sûr, l'effet qui en…
#MIAMI On avait découvert l'esthétique très symbolique du Black Art lors de l'exposition "Soul of a Nation" à la Tate Modern en septembre 2017 puis cet été au Brooklyn Museum. A l'occasion de…