Zao Wou-Ki, L’espace est silence

Zao Wou-Ki, 1973, Huile sur toile 260x200cm, Collection particulière, Photo Christie's

Zao Wou-Ki, Hommage à Edgar Varèse, 1964, Huile sur toile 255x345cm, Donation Françoise Marquet-Zao, 2015, Musée cantonal des beaux-arts, Lausanne, Photo Dennis Bouchard

Zao Wou-Ki, Hommage à Matisse, 1986, Huile sur toile 162x130cm, Collection particulière, Photo Dennis Bouchard

Zao Wou-Ki, Sans titre, 2006 Encre de Chine sur papier 274,5x213,5cm, Collection particulière, Photo Dennis Bouchard

Zao Wou-Ki, Sans titre, 2006, Encre de chine sur papier 97x180cm, Collection particulière, Photo Naomi Wengner

Zao Wou-Ki, Traversée des apparences, 1956, Huile sur toile, 97x195, Collection particulière, Photo Dennis Bouchard

Zao Wou-Ki,1968, Huile sur toile 260x200cm, Musée d'Art moderne de la ville de Paris, achat en 1971, Photo Julien Vida::Parisienne de la Photographie

Trulli
Zao Wou-Ki, 1973, Huile sur toile 260x200cm, Collection particulière, Photo Christie's
Trulli
Zao Wou-Ki, Hommage à Edgar Varèse, 1964, Huile sur toile 255x345cm, Donation Françoise Marquet-Zao, 2015, Musée cantonal des beaux-arts, Lausanne, Photo Dennis Bouchard
Trulli
Zao Wou-Ki, Hommage à Matisse, 1986, Huile sur toile 162x130cm, Collection particulière, Photo Dennis Bouchard
Trulli
Zao Wou-Ki, Sans titre, 2006 Encre de Chine sur papier 274,5x213,5cm, Collection particulière, Photo Dennis Bouchard
Trulli
Zao Wou-Ki, Sans titre, 2006, Encre de chine sur papier 97x180cm, Collection particulière, Photo Naomi Wengner
Trulli
Zao Wou-Ki, Traversée des apparences, 1956, Huile sur toile, 97x195, Collection particulière, Photo Dennis Bouchard
Trulli
Zao Wou-Ki,1968, Huile sur toile 260x200cm, Musée d'Art moderne de la ville de Paris, achat en 1971, Photo Julien Vida::Parisienne de la Photographie

#PARIS C’est une grande rétrospective que consacre le Musée d’Art Moderne de Paris au peintre Zao Wou-KiSon prénom signifie « sans limites », présage ou non?

Né à Pékin en 1920, il étudie à l’École des Beaux-Arts de Hangzhou et décide très vite de s’orienter vers les techniques occidentales de la peinture à l’huile.

Zao Wou-Ki quitte la Chine en 1948 pour venir à Paris puis partagera ensuite son temps entre les États-Unis et la France. La scénographie de l’exposition décline au travers de quatre salles, le parcours du peintre. On déambule dans une sélection de quarante œuvres de grandes dimensions, dont certaines sont encore inédites. Zao Wou-Ki est sans conteste, un artiste au croisement de plusieurs mondes. Ses oeuvres abstraites de format « classique » qui ne sont pas sans rappeler ceux plus traditionnels chinois, vont peu à peu se modifier au profit de très grands formats, notamment après son voyage américain de 1957. 

Zao Wou-Ki appartient à la scène parisienne qu’il apprécie et qu’il sut séduire dès son arrivée dans la capitale,  par la finesse de son trait. C’est pourtant la découverte de Paul Klee au milieu des années cinquante puis des artistes américains de l’Action Painting qui le feront basculer définitivement dans l’abstraction. Il s’apercevra et s’intéressera très tôt à «vitalité » de la peinture américaine. Mais sa culture chinoise s’inscrit dans sa démarche et il peaufine un style unique, fluide, poétique et dramatique à la fois. Son œuvre de compositions traverse les débats esthétiques qui marqueront le développement de l’art moderne.

Zao Wou-Ki meurt en 2013, l’un de ses derniers triptyques « Le Temple des Han » est exposé actuellement au Musée d’Art Moderne.

 

Musée d’Art moderne de la ville de Paris

Zao Wou-Ki: L’espace est silence

Du 1 juin 2018 au 06 janvier 2019

Dominique Vautrin

Dominique Vautrin est un photographe français. Influencé par la street photography américaine, il développe aux cours de ses différents projets, une oeuvre sombre qui dépeint une société en ph...

Voir le profil de l'auteur

Plus d'articles Arty

A lire aussi

4 Mins.
Francesca Cappelletti, professeur d'histoire de l'art à l'origine de l'exposition en 2015 au Petit Palais « Les Bas-Fonds du Baroque, la Rome du vice et de la misère », spécialiste du Caravage a eu l'idée…